Accueil > Diocèse > Patrimoine > Les buffets d’orgues > Le grand orgue Cavaillé-Coll de Saint-Charles I.M.

Le grand orgue Cavaillé-Coll de Saint-Charles I.M.

Orgue Cavaillé-Coll par A.Ravix

Construite sur l’emplacement d’une chapelle dédiée à saint Jérôme, l’église Saint- Charles intra-muros a été construite de 1826 à 1834 à côté du Palais de Justice.

Consacrée le 9 novembre 1828, elle doit son vocable à Mgr Charles-Fortuné de Mazenod, premier évêque du nouveau diocèse de Marseille rétabli sous la Restauration.
En 1850, on recouvre de marbre les quatre piliers de la coupole puis, en 1868, le reste de l’édifice. Ces travaux sont réalisés par Jules Cantini à qui l’on doit également, en 1891, le monumental maître-autel, de style baroque, inspiré de celui de l’église Saint-Cannat-les-Prêcheurs.

Un édifice de style Renaissance
En pénétrant à l’intérieur de l’église, on est frappé par l’harmonie qui se dégage du décor et du mobilier intégralement conservés. On remarque dans le chœur une série de tableaux dus aux peintres Dassy et Aubert ; les autels latéraux sont tous surmontés de statues en carton-pierre doré, attribuées à l’atelier d’Honoré Coder (1784-1845).
La chaire, exceptionnelle, réalisée sur les plans de l’architecte Gaudensi Allard
(1841-1904), est décorée de panneaux émaillés représentant le Christ et les symboles des quatre évangélistes.
Dans les apports du XXe siècle, on notera les deux statues en pierre, sculptées par
Louis Catex (1856-1954) : saint Yves et saint Antoine de Padoue.
Le pavement de l’église se déploie à partir d’un médaillon central aux armes de
saint Charles Borromée.

Un premier orgue en 1832
De cet instrument, d’abord placé au sol, puis transféré en tribune en 1842, on ne connaît que le rapport désastreux qu’en fera Aristide Cavaillé-Coll, appelé à construire un nouvel orgue de tribune ainsi qu’un orgue d’accompagnement : « Cet orgue, estimé 5 000 F sans examen préalable, s’est trouvé tellement mauvais dans sa composition instrumentale que les sommiers et le mécanisme n’ont servi qu’à faire du feu, et les tuyaux en grande partie en fer blanc, de zinc et mauvaises matières n’ont pas donné 500 F. »

Le premier Cavaillé-Coll de Marseille
Le célèbre facteur d’orgues parisien insistera auprès de la paroisse pour placer un buffet ancien provenant de la cathédrale Saint-Michel de Carcassonne. Mais c’était compter sans la détermination de l’organiste titulaire, Maurice Schoennagel, qui obtiendra un instrument « moderne » avec un buffet neuf et des claviers placés sur une console indépendante.
C’est l’organiste Louis-James-Alfred Lefébure-Wély, titulaire de la Madeleine à Paris, qui viendra inaugurer le grand orgue de tribune le 18 avril 1859. L’instrument, harmonisé par Vincent Cavaillé-Coll, frère d’Aristide, comporte 24 jeux répartis sur deux claviers manuels et pédalier ; il aura coûté 38 000 F.
Théodore Thurner en sera le premier titulaire, mettant son talent au service du répertoire symphonique particulièrement adapté à l’orgue d’Aristide Cavaillé-Coll, le premier que celui-ci livrera à Marseille.
On notera que, conjointement à l’installation du grand orgue de tribune, le même facteur fournira un orgue d’accompagnement selon un devis établi le 22 juin 1857. Mais cet orgue de chœur sera remplacé en 1883 par un instrument de François Mader alors que ce dernier effectue un relevage sur l’orgue de tribune.

Une restauration prévue
Le 21 octobre 1900, le compositeur et organiste titulaire Henri Messerer inaugure des travaux effectués par Charles Mutin, successeur de Cavaillé-Coll.
Après avoir installé un ventilateur électrique en 1913, la Maison Michel-Merklin et Kuhn va entreprendre, en 1953, une restauration apportant quelques modifications touchant la palette sonore ainsi que la pose d’une nouvelle console comportant des claviers de 56 notes (au lieu de 54) et un pédalier à 30 notes. L’organiste titulaire est alors Vera Gastine.

En 1971, une remise en peau de la machine Barker sera réalisée par René Renevier et suivie d’un concert inaugural donné par Jean Langlais, compositeur et organiste titulaire de Sainte-Clotilde à Paris.
Des réparations portant sur la soufflerie seront effectuées en 2005 par les facteurs Sals et Henry, puis, en 2010, le facteur François Delangue installera deux moteurs ventilateurs neufs en remplacement de l’ancien.
Classé monument historique le 26 octobre 1982 en raison de sa qualité et de son état de conservation remarquable, le grand orgue de Saint-Charles demeure l’un des témoins majeurs de la production de Cavaillé-Coll. Bien que sa restauration ait été votée lors du Conseil municipal du 16 décembre 2002, celle-ci ne pourra voir le jour qu’après l’achèvement de la réfection complète de l’intérieur de l’église.

Jean-Robert Cain
Chargé de mission orgues – Ville de Marseille

Dernière mise à jour : Jeudi 18 février 2016