Accueil > Actualités > 50e anniversaire de la paroisse Notre-Dame-Limite et 150e anniversaire des (...)

Actualités

 

50e anniversaire de la paroisse Notre-Dame-Limite et 150e anniversaire des Pères Blancs

Homélie de Mgr Pontier et diaporama

50e anniversaire
de la paroisse Notre-Dame-Limite
Dimanche 28 avril 2019

Chers amis,
En ce jour où nous célébrons le cinquantième anniversaire de la création de la paroisse Notre-Dame-Limite, aux limites Nord de notre diocèse de Marseille, nous sommes dans le temps pascal. Il y a huit jours, nous fêtions la Pâque, la résurrection de Jésus. Le récit de l’Évangile que nous venons d’entendre se déroule au soir du premier jour de la semaine après la mort du Christ, donc au soir du jour de Pâques. Jésus vient, se fait reconnaître par ses amis et les envoie en mission : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis, à qui vous les maintiendrez, ils seront maintenus. »
Ceux qui font l’expérience du Christ vivant après sa mort et sa résurrection sont envoyés comme le Fils a été envoyé. Ils sont envoyés pour le pardon des péchés, pour l’annonce de la miséricorde de Dieu à l’égard des hommes. Ils sont envoyés avec la présence de l’Esprit Saint en ce temps de l’histoire.
Lorsque cette paroisse a été créée en 1969, c’était pour accompagner la communauté chrétienne de ce lieu dans sa vie et sa mission. C’était pour poursuivre la mission du Christ et annoncer la miséricorde de Dieu. Être plus proche et annoncer la miséricorde, le pardon, le renouveau toujours possible, la conversion, une vie vécue dans la foi au Ressuscité et en sa miséricorde. C’était pour rendre visible et reconnaissable l’œuvre de l’Esprit dans nos vies humaines.
Cinquante ans après, la mission est la même. L’Esprit Saint est toujours à l’œuvre. Le Ressuscité remet encore l’Esprit et vous le communique à vous qui êtes la communauté chrétienne catholique de ce même lieu. Comment vous encourager dans votre mission au sein de la réalité actuelle qui n’est plus celle du départ ?
Je vous dirai d’abord de contempler les mains et le côté de Jésus marqués par les clous et la plaie, signes surtout de la miséricorde de Dieu qui triomphe de la peur, de la haine, du désespoir, de la mort. Voilà votre source, voilà où vous devez venir boire, vous nourrir, recevoir le souffle du Ressuscité, le souffle de l’Esprit de Jésus qui est un esprit de guérison, un esprit de miséricorde, un esprit de fraternité, un esprit de confiance en son Père. Ce n’est pas en nous que nous trouverons les ressources pour bâtir un monde fraternel. C’est Lui qui nous en rend capables.
Je vous dirai ensuite de vivre en communauté chrétienne. Dans l’évangile de ce jour, on voit ensuite Thomas qui n’était pas avec ses frères ce soir-là. Malgré leur témoignage, il ne croit pas à la rencontre qu’ils ont faite avec le Ressuscité. Il n’y accèdera que le jour où, présent avec eux, il pourra reconnaître Jésus vivant et s’écrier : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » La vie en communauté est nécessaire. Vivez une belle vie communautaire, faite d’amitié, d’accueil, de fraternité, de soutien, de prière. Sentez-vous tous responsables de sa vie, laïcs, religieuses, prêtres, ensemble. Qu’il y ait beaucoup de confiance les uns dans les autres.
Le troisième point que je vous laisserai, c’est d’être bienveillants avec ceux au milieu desquels vous vivez. Dans la première lecture, on était transporté après la fête de Pentecôte. Les disciples agissent sous le souffle de l’Esprit et exercent une présence de guérison, de bonté, de réconfort. On se regroupe autour d’eux. Soyez présents auprès de ceux qui souffrent. Soyez des créateurs d’initiatives de soutien, de bonté, de rencontres. Je pense aussi à cette nécessité d’une vie de rencontre avec la population de confession musulmane pour que se créent une confiance, une fraternité et peut-être aussi un échange religieux respectueux et confiant. Créez de l’amitié. Depuis 1994, la paroisse est confiée aux Pères Blancs. Ils ont une belle expérience d’une vie avec des populations de confession musulmane. Je les remercie pour leur présence et leur charisme.
Le choix de confier cette paroisse à la vigilance de Marie n’est pas sans signification. Elle a su accompagner son Fils jusqu’au pied de la croix. « Un glaive de douleur transpercera ton âme », lui avait dit le vieillard Siméon. Elle est là avec la première communauté. Elle les tient dans la foi et l’espérance. Elle vous accompagne dans votre mission d’aujourd’hui. Elle vous garde dans la foi et l’espérance. Elle est une mère douce. Elle a été confiée à l’apôtre Jean et le Seigneur Jésus lui a confié son disciple. Que ce compagnonnage se poursuive pour vous.
Amen.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Jeudi 4 juillet 2019