Accueil > Prier > Fêtes liturgiques > Archives Fêtes Liturgiques 2012 > Noël 2012 - Archives > A Marseille, un réveillon au service des plus démunis : article paru dans le (...)

A Marseille, un réveillon au service des plus démunis : article paru dans le journal La Croix du 26.12.2012

Le 24 décembre au soir, une vingtaine de bénévoles ont servi un repas à près
de 300 personnes sans domicile fixe fréquentant l’accueil de nuit des frères
de saint Jean de Dieu à Marseille.

À l’accueil de nuit Saint Jean de Dieu, impossible d’ignorer que le réveillon de Noël se tient aussi au plus près des hébergés.
Dans le hall d’entrée, une grosse boule dorée pend au plafond où scintillent de grandes guirlandes or et argent.

À l’accueil, chaque nouvel arrivant est sommé de remballer les 50-centimes qu’il débourse d’ordinaire pour dormir dans cette structure d’urgence marseillaise.
« -C’est gratuit ce soir, monsieur car c’est Noël. Bonnes fêtes- !- », tonne avec plaisir Chantal, agent d’accueil, l’une des 56 salariés.

À 16-heures, les 289 lits affi-chent complet, une heure après l’ouverture.

Comme chaque 24-décembre, salariés et bénévoles de l’accueil de nuit se mobilisent pour off-rir aux hébergés un réveillon synonyme « -d’espérance
dans une vie bien rude- » selon les termes de Georges Kammerlocher, son directeur- : « -Certains sont seuls, d’autres loin de leur famille ou
en rupture avec leurs proches.
Nous souhaitons leur mettre un peu de baume au coeur, leur dire
qu’ils ne sont pas seuls.- »

Une tradition depuis 140-ans, date de l’ouverture de l’oeuvre hospitalière, par François Massabo, un commerçant marseillais. Un an plus tard, il organisait un banquet auquel assistaient l’évêque et le maire de Marseille à titre de commémoration.
Les Frères de Saint Jean de Dieu, qui gèrent l’oeuvre depuis 1897 ont poursuivi
cette tradition.
Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille aussi. « -Je viens saluer les hébergés
depuis 48 Noël. C’est un moment de fraternité et de générosité envers les plus démunis qui montre que dans cette ville on accueille l’étranger.- »

Avant le repas, Mgr-Georges Pontier, archevêque de Marseille, lit un passage de l’évangile de Saint Luc relatant la naissance de Jésus.
Puis, le supérieur de la communauté, le frère Fortunat, s’adresse aux convives- : « -Noël doit être un temps d’espérance et de joie même si la vie n’épargne
pas beaucoup d’entre vous. C’est la main tendue de Dieu à ceux qui n’ont plus con-ance en rien ni personne.- » Des « -mercis- » s’élèvent dans la
salle.

Tablier autour du cou, Mgr- Pontier distribue à chacun une terrine de Saint-Jacques, un morceau d’espadon et son gratin dauphinois ainsi
qu’une bûche au chocolat.
Il accompagne le service d’un sourire ou d’un commentaire footballistique…
Une façon pour lui de « -se faire frère en servant ceux qui ont besoin de sentir
qu’ils ont une dignité- ».

Chantal fait partie de la vingtaine de bénévoles venus ce soir-là. Cette secrétaire de 46-ans, catholique pratiquante occasionnelle dit vivre un moment
« -sympa- » avec les SDF- : « -Pas de grands discours mais des petits mots réciproques. Je craignais qu’ils ne soient agressifs ou alcoolisés. En fait,
ils sont calmes et gentils.- »
Une surprise pour Camille, étudiante de 18-ans, venue-à la demande
de son grand-père, bénévole -fidèle. « -Avant je détournais le regard à la vue d’un
SDF. Désormais, j’essaierai de leur glisser un petit mot en passant.- »
À la fi-n du repas, le réfectoire se transforme en discothèque. Hébergés et bénévoles rient et dansent sans retenue.
Julien, 23-ans, apprécie l’instant. Sans ressources, ce jeune Toulonnais
dort depuis quatre mois rue de Forbin. Cette année, il fête Noël, seul, sans son père, incarcéré depuis cinq mois à la prison marseillaise des Baumettes. Ce soir-là, il « -oublie tout- ». Comme Khalil, 27-ans, originaire d’Oran, sans papiers ni ressources depuis trois mois.
Ce soir, il va se coucher empli d’« -une joie extraordinaire

  •  ». Au contact des bénévoles, il s’est « -senti être quelqu’un comme les autres- ».
    « -Cette chaleur humaine inattendue, dit-il, m’apaise et me donne envie de me battre.- »

MARSEILLE
De notre correspondante régionale
CORINNE BOYER
Journal La Croix du 26.12.2012

Dernière mise à jour : Lundi 31 décembre 2012