Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de Notre Evêque > A l’orée d’une nouvelle année pastorale

A l’orée d’une nouvelle année pastorale

J ’espère que ce temps de l’été vous aura permis de vivre repos, détente, rencontres familiales, et aussi ressourcement. L’année pastorale qui s’ouvre sera marquée, plus qu’une autre, par des dynamismes qui nous viennent de la vie de l’Église universelle.

L’Année de la vie consacrée se poursuit et la messe de rentrée diocésaine à La Major, le dimanche 27 septembre prochain, en sera un moment fort. Elle se clôturera le 2 février 2016.

C’est dire qu’il reste du temps pour la marquer encore dans les paroisses, dans les secteurs, en s’appuyant sur la présence de tous les religieux et les religieuses qui y vivent
Il reste du temps pour rendre grâce pour les sept ou huit professions religieuses féminines célébrées cette année dans des communautés présentes chez nous.

Au mois d’octobre aura lieu à Rome l’Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques sur la vocation et la mission de la famille dans l’Église et dans le monde contemporain.
L’expérience familiale est universelle. Elle est la base de la société et de la vie de l’Église. Chacun se sent concerné. Le caractère universel de la réflexion ecclésiale permet d’approfondir ce qui est au cœur du message de l’Église et de la réalité familiale. Il resitue les problématiques plus locales ou continentales. Nous serons invités à accueillir le jour venu, avec foi et bienveillance, le texte qu’écrira le pape François, c’est-à-dire, non pas pour chercher d’abord à le juger à l’aune de nos sensibilités particulières, mais pour nous laisser interroger et stimuler par cet acte de son ministère suite au travail de deux années pastorales.

D’ici là, partout, nous sommes appelés à continuer à améliorer ce que nous faisons pour l’annonce de l’Évangile de la famille, pour l’éducation affective, relationnelle et sexuelle des jeunes, pour la préparation au mariage et le soutien des couples dans leur vie chrétienne, pour l’accueil et l’accompagnement de ceux qui se trouvent dans des situations douloureuses ou non conformes à la discipline de l’Église.

Fin novembre et début décembre se tiendra à Paris la grande conférence des Nations Unies sur les changements climatiques. Cet événement aura un grand retentissement. L’encyclique du pape François Loué sois-tu vient à point nommé pour soutenir et approfondir notre réflexion, élargir le regard, comprendre que les questions de la vie du monde sont liées et qu’on ne peut isoler une d’entre elles sans l’examiner dans ce que le Pape appelle une « écologie intégrale », qui permet de se demander quel genre de monde nous voulons transmettre à nos enfants. Et cela ne touche pas seulement les questions de climat, mais aussi celles des formes de l’économie, des rapports sociaux, des solidarités. Quelle « maison commune » construisons-nous ?

Enfin, début décembre, s’ouvrira le Jubilé de la Miséricorde voulu par le pape François pour nous conduire au cœur de la révélation que le Christ nous a faite du mystère de Dieu.
Ce jubilé commencera à la fin des fêtes accompagnant la célébration du cinquantième anniversaire du concile Vatican II. Un programme diocésain va être diffusé largement pour permettre d’en vivre les diverses facettes. Nous pourrons ainsi approfondir le cœur même de notre foi. La vie quotidienne de nos communautés se poursuivra avec des initiatives, des projets d’année. La vie en société nous fera entendre des appels bien concrets.

Je pense à celui de nos frères chrétiens d’Orient, dont certains arrivent dans notre région, ou au drame de l’immigration dans la Méditerranée, ou encore aux événements politiques plus locaux, comme les élections régionales de décembre et la création de la métropole Aix-Marseille-Provence en janvier.
En tout cela, nous devrons vivre concrètement ce double amour qui est au cœur de la vie chrétienne, celui pour Dieu et celui pour les hommes qui sont nos frères.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Mardi 29 septembre 2015