Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de notre archevêque > Alors que commence une année nouvelle…

Alors que commence une année nouvelle…

À l’aube d’une année nouvelle, nous nous offrons des voeux personnels, familiaux, et plus largement encore.

À l’aube d’une année nouvelle, nous nous offrons des voeux personnels, familiaux, et plus largement encore.
Cette année 2015 qui commence suscite en nous espoirs et craintes : les signaux de sortie de crise ne sont pas encore bien visibles, la confiance en l’avenir n’est pas assurée, des sources d’inquiétude mondiale demeurent, celles concernant le Moyen-Orient ne sont pas des moindres.

Sur le terrain, les gestes de solidarité et de fraternité offrent des lumières d’espoir. C’est là que se fonde notre responsabilité à tous et à chacun :emprunterons-nous ce chemin cette année ? Feronsnous exister plus d’humanité là où nous vivons ?
Il y a cent ans, en 1914, le pape Benoît XV instituait la Journée mondiale du migrant et du réfugié, afin de sensibiliser l’Église et le monde à cette réalité appelée à se développer de manière alors imprévisible.
Le pape François, dans le message écrit à cette occasion, peut noter que « le phénomène croissant de la mobilité humaine émerge comme "un signe des temps" »,
reprenant une expression de son prédécesseur Benoît XVI.
Dans ce texte, il offre une analyse réaliste, profonde et interpellante de ce fait de société.

Je vous invite à le lire et à venir vous joindre à la rencontre qui aura lieu à Saint-Barnabé dans l’après-midi du dimanche 18 janvier.
Comme dans l’ensemble de notre pays, Marseille n’échappe pas à la précarisation de bien de nos concitoyens.
Les associations d’aides aux personnes en difficulté tirent la sonnette d’alarme et nous
invitent à l’attention, à la générosité et à l’engagement.
Répondons avec détermination.

Durant ces mois, nous sommes invités à travailler le document préparatoire au Synode ordinaire sur « la vocation et la mission de la famille dans l’Église et dans
le monde contemporain ».
Des indications nous sont fournies par ailleurs. Au niveau des communautés
paroissiales, des services et des mouvements, peut être conduite une évaluation de la manière dont nous annonçons l’évangile de la famille, dont nous conduisons une éducation affective, relationnelle et sexuelle des jeunes, dont nous préparons au mariage et nous soutenons les couples et les familles.
Comment pouvons-nous être mieux présents aux personnes traversant des moments difficiles ou vivant dans des situations particulières tout en cherchant à suivre les appels de l’Évangile ?
C’est un beau défi , une exigence de ce temps et un appel à prendre des initiatives
pastorales nouvelles.
La vie des couples et des familles est le meilleur témoignage rendu à l’évangile de la famille.

En ce début d’année, nous pouvons entendre le dialogue que Jésus mena avec les disciples qui venaient vers Lui au début de son ministère public : « Que cherchez-vous ? » Eux de répondre : « Où demeures-tu ? » « Venez et vous verrez. »

Ces brefs échanges peuvent retentir en nous en ce début d’année et nous permettre de conduire nos vies d’une manière plus responsable, plus humaine et plus
fidèle à Celui qui vient à notre rencontre pour nous faire faire un pas de plus dans notre vie de fils de Dieu et de frères des hommes, de tout homme.

Gardez-Le comme grand ami de vos vies durant cette année. Il est passé avant nous. Avec Lui, nous tiendrons dans l’espérance et la charité.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Jeudi 29 janvier 2015