Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de notre archevêque > Appel décisif des catéchumènes : 18 février 2018

Appel décisif des catéchumènes : 18 février 2018

L’amour du Seigneur est de toujours à toujours. Il est pour tous et il est unique pour chacun. Pour tous et unique ! Quelle merveille ! Nul n’échappe à son amour et la manière dont Il rejoint chacun est unique ! Quelle merveille !

La lecture de la Genèse nous rappelait le renouvellement de l’Alliance proclamée par Dieu après le déluge. Plus jamais un homme ne sera abandonné dans la mort : « Quand l’arc apparaîtra au milieu des nuages, je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous et tous les êtres vivants, dit le Seigneur. »

Et des nuages, il y en a eu dans la vie de beaucoup parmi vous. Rappelez-vous. Mais, merveille des merveilles, Dieu était là pour que sa lumière vous guide dans les passages nuageux de vos vies.

« C’est au moment le plus sombre de ma vie, écrit l’un d’entre vous, que Dieu m’a fait connaître son Nom. Quand j’allais le plus mal, Dieu était là pour moi, Il m’a donné la force de me relever alors que je croyais que tout était perdu. Et c’est en débutant ma deuxième année à la préparation au baptême que j’ai vraiment ressenti son appel. Ce temps de retraite fut pour moi une révélation. Dieu ne me laisse jamais seul, il comble mes besoins et mes manques. C’est uniquement la connaissance de Jésus qui peut me donner la véritable joie, et non la joie égoïste, superficielle. C’est la connaissance de Jésus qui brise la solitude, surmonte les tristesses et les incertitudes, donne à la vie sa vraie signification. »

C’est la connaissance de Jésus ! Oui, c’est la connaissance de Jésus, celui qui est le Fils bien-aimé de Dieu et qui s’est fait homme, proche de chacun et pour tous. Il est venu pour révéler la tendresse de Dieu, l’immensité de l’amour qu’Il porte à cette humanité qu’Il a créée et qu’Il vient sauver. Il a fait de sa vie un don. Il n’a pas recherché sa gloire. Il a vécu des années cachées à Nazareth dans une vie semblable à la nôtre. Puis, « après l’arrestation de Jean-Baptiste, comme le disait l’évangile de saint Marc, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’évangile de Dieu. Il disait : "Les temps sont accomplis : le Règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile." »

Et voilà que vous vous êtes ouverts à l’Évangile, à la Bonne Nouvelle de Jésus, Fils de Dieu, Sauveur. Vous avez compris son amour infini : « J’ai compris plus tard, écrit l’une d’entre vous, que le Seigneur m’aimait, m’aime et m’aimera toute ma vie ; que rien ne Lui est impossible et qu’Il cherchait des malades à guérir et non des gens en bonne santé, qu’Il cherchait des gens perdus à délivrer et sauver et non des saints. »

Tel est notre Ami, notre Dieu : Il aime sauver, guérir, relever, apaiser. Et Jésus est passé devant pour nous ouvrir le chemin de l’espérance et de la confiance, celui de la fraternité. Il s’est fait frère pour faire de nous des fils de Dieu. Il s’est fait frère pour faire de nous des frères et sœurs aimants en cette humanité. Il nous invite à nous faire frères et sœurs de ceux qui sont dans l’épreuve et le besoin. Il nous veut comme Lui, en cette vie terrestre, attentifs aux malades, aux étrangers, aux prisonniers, à ceux qui ont faim et soif, ceux qui sont nus, à ceux qui pleurent.

Mes amis, l’Église aujourd’hui a entendu ce que l’Esprit de Dieu a accompli en votre vie. Elle vous a accompagnés durant ce chemin catéchuménal. Elle vous a ouvert ce qu’elle a de meilleur, la Parole de Dieu, l’Évangile. Elle vous a aussi ouvert les portes de sa vie communautaire, elle vous a préparés à la réception des sacrements de l’initiation chrétienne. Elle vous a invités à la prière, la prière personnelle, dans le cœur à cœur avec Dieu et la prière communautaire, celle de l’eucharistie en particulier. Elle vous a encore accueillis dans sa famille. Elle vous a invités à y prendre votre place. Elle sait que chacun a quelque chose à donner aux autres. Elle vous a montré le chemin du pardon et celui du partage avec les autres.

Aussi peut-elle vous dire avec grande joie : « Avance, n’aie pas peur. Vis ce Carême qui va te conduire au baptême où tu seras plongé dans la victoire du Christ sur la mort et le péché. Reçois ensuite l’Esprit Saint, l’Esprit qui reposait sur Jésus, Celui qu’Il a donné à Pentecôte. Reçois en ton cœur la Parole de Dieu et aussi le sacrement de son amour, le corps livré, le sang versé pour tous et pour la multitude. Avance, laisse le Seigneur accomplir encore tout ce qu’il y a à convertir dans ta vie. Laisse-le achever en toi ce qu’Il a commencé. Ouvre-toi aux autres, sois un artisan de paix, de justice et d’amour.

Reçois Marie pour Mère, comme Il nous l’a donnée du haut de la croix grâce à son ami Jean. Sur notre chemin, elle est une présence maternelle aimante et sûre. »

Oh, mes amis, que le Seigneur vous bénisse, qu’Il vous tienne dans la paix et la confiance. Il vous aime.

Amen.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Dimanche 18 février 2018