Accueil > Diocèse > Patrimoine > Les buffets d’orgues > Au lycée Lacordaire, un orgue voyageur !

Au lycée Lacordaire, un orgue voyageur !

Cette institution réputée de Marseille possède, dans sa chapelle, un orgue qui a déménagé cinq fois depuis sa livraison, à la cathédrale de la Major, jusqu’à son emplacement actuel.

A l’ancienne Major, en 1844
Le mauvais état du grand orgue de la cathédrale, construit par Charles Royer en 1657 et dont les réparations sont déclarées inenvisageables, a engendré l’idée de faire l’acquisition d’un orgue de chœur, lequel sera commandé à la manufacture parisienne Daublaine et Callinet. Installé sur une tribune construite entre deux piliers au-dessus des stalles, il sera inauguré le 18 août 1844 par Félix Danjou, organiste de Notre-Dame de Paris. Il comporte alors 16 jeux répartis sur 2 claviers/pédalier. On rapporte que Franz Liszt improvisa, un soir de mai 1845, une symphonie inspirée par la Divine Comédie de Dante, pour son ami le poète marseillais Joseph Autran. Mais la fermeture de la Major et sa démolition partielle, pour permettre la construction de la nouvelle cathédrale, entraînèrent le départ de cet orgue de chœur qui sera transféré dans la collégiale Saint-Martin.

A la collégiale Saint-Martin, en 1855
En cette année 1855, la collégiale Saint-Martin, devenue cathédrale provisoire, reçoit l’ancien orgue de la Major, qui sera placé sur une tribune derrière le maître-autel. En effet, là aussi, le splendide grand orgue de tribune n’est plus en état de fonctionnement. Mais là également, la démolition de l’église est programmée... et le 15 septembre 1886 y sera célébrée la dernière messe. Cette démolition, à laquelle s’opposèrent bon nombre de Marseillais, fut imposée par la municipalité afin de percer une voie rectiligne (la rue Colbert) devant relier la gare Saint-Charles à l’avenue Impériale (rue de la République). Un virage contournant la collégiale aurait évité sa démolition ! La quasi-totalité du mobilier de Saint-Martin disparut sous les pioches, excepté l’orgue de chœur qui sera transféré à la tribune de la basilique Notre-Dame de la Garde.

A la basilique Notre-Dame de la Garde, en 1887
L’inauguration de l’installation de l’orgue eu lieu en avril 1887, avec bénédiction de l’évêque Mgr Robert et la participation de l’organiste Vincent Fosse. Trente ans plus tard, en 1925, un projet de construction d’un instrument neuf pour la basilique vit le jour, entraînant le départ de l’ancien orgue.

Au « Sacré-Cœur provisoire », rue Saint Sébastien, en 1927
Lors de son remontage à l’église du « Sacré-Cœur provisoire », rue Saint-Sébastien, dans la chapelle de l’ancien collège Saint-Ignace, l’orgue Daublaine et Callinet bénéficia de travaux de modernisation et d’agrandissement réalisés par la manufacture Michel-Merklin & Kuhn, de Lyon. Le clavier de Récit est complété dans sa première octave, le pédalier est étendu à 30 notes avec ajout de 2 jeux.

A l’église du Sacré-Cœur du Prado, en 1947
En 1947, année de la consécration solennelle de la nouvelle église dédiée aux guerres de 1914-1918 et 1939-1945, il est procédé au transfert de l’orgue provenant de l’église provisoire de la rue Saint-Sébastien. A cette occasion, le jeu d’Euphone 8 du premier clavier est remplacé par un Plein-Jeu. Toutefois, les dysfonctionnements répétés, ajoutés au fait que les dimensions modestes de l’instrument n’étaient pas en rapport avec la vastitude de l’édifice du Sacré-Cœur, conduisirent à la construction d’un nouvel instrument, à l’initiative du chanoine Duménil, curé de la paroisse. Ainsi fut créée, en 1977, une association des amis de l’orgue du Sacré-Cœur, avant que la municipalité ne décide son remplacement en 1979.

Au lycée Lacordaire, depuis 1986
Sous l’impulsion de Robert Martin, alors professeur d’éducation musicale à l’école Lacordaire, l’orgue sera vendu en 1986 à cette institution et y sera placé dans sa chapelle rénovée. La manufacture Laval-Tivolle (La Motte-de-Galaure), chargée de la construction du nouvel orgue du Sacré-Cœur, se voit confier le transfert de l’ancien instrument au lycée Lacordaire. La partie instrumentale (soufflerie, mécanique et tuyauterie) se trouve derrière le mur qui sépare la chapelle de la sacristie. La console séparée, en avant du buffet, commande la transmission mécanique. L’inauguration de la chapelle rénovée et de l’orgue se déroulent le dimanche 7 décembre 1986, présidé par Mgr Thomas, évêque d’Ajaccio, qui bénit l’instrument, Robert Martin étant aux claviers. On peut désormais admirer la façade nouvellement polychromée du buffet et entendre les sonorités qu’un certain Franz Liszt avait peut-être lui-même entendues sous ses propres doigts en 1845 à la Vieille-Major… A la suite de cette inauguration, de nombreux concerts furent organisés permettant d’écouter de jeunes musiciens de renommée internationale ou encore de découvrir de jeunes talents prometteurs, brillamment confirmés aujourd’hui, tel Olivier Latry, actuel organiste titulaire de Notre-Dame de Paris.

Jean-Robert Cain
Chargé de mission orgues – Ville de Marseille

Dernière mise à jour : Vendredi 7 mars 2014