Accueil > Prier > Bonne nouvelle du dimanche > Bonne nouvelle du dimanche 18 mars 2018

Bonne nouvelle du dimanche 18 mars 2018

« Nous voudrions voir Jésus. »

PREMIÈRE LECTURE
« Je conclurai une alliance nouvelle et je ne me rappellerai plus leurs péchés » (Jr 31, 31-34)

PSAUME(50 (51), 3-4, 12-13, 14-15)
R/ Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu. (50, 12a)

DEUXIÈME LECTURE
« Il a appris l’obéissance et est devenu la cause du salut éternel » (He 5, 7-9)

ÉVANGILE
« Si le grain de blé tombé en terre meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jn 12, 20-33)

En ce temps-là, il y avait quelques Grecs parmi ceux qui étaient montés à Jérusalem
pour adorer Dieu pendant la fête de la Pâque.
Ils abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée, et lui firent cette demande :« Nous voudrions voir Jésus. »
Philippe va le dire à André, et tous deux vont le dire à Jésus.
Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié.
Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit.
Qui aime sa vie la perd ; qui s’en détache en ce monde la gardera pour la vie éternelle.
Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où moi je suis, là aussi sera mon serviteur.
Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera.
Maintenant mon âme est bouleversée. Que vais-je dire ? “Père, sauve-moi de cette heure” ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci !
Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait :
« Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. »
En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre.
D’autres disaient : « C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit :
« Ce n’est pas pour moi qu’il y a eu cette voix, mais pour vous.
Maintenant a lieu le jugement de ce monde ; maintenant le prince de ce monde
va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. »
Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

Le temps bascule
À quelques jours de la Semaine sainte, nous vivons déjà l’entrée de Jésus à Jérusalem.

“Qui aime sa vie la perd.’’
Rien n’y fait. Se cramponner à sa vie pour la sauvegarder à tout prix, ou l’aimer au point de la garder tout au chaud loin des autres et du monde, le résultat est le même : vie perdue !
La vie est faite pour se risquer en s’ouvrant aux différences, en s’approchant des autres au point de se lier à eux pour tisser un monde plus solidaire.
Tel est le thème de la campagne de carême du CCFD — Terre Solidaire cette année. Entendons cette invitation à faire comme Jésus : nous donner pour que la vie triomphe partout dans le monde, dans toutes les cultures, en face de toutes les injustices.
Ce combat ne mène pas Jésus vers la mort, mais vers une vie nouvelle qui saura bien traverser la mort et convertir ceux qui la donnent.
Alors, mettrons-nous nos pas dans ceux du Christ ?

Thierry Lamboley,
jésuite

Dernière mise à jour : Dimanche 18 mars 2018