Accueil > Prier > Bonne nouvelle du dimanche > Bonne nouvelle du dimanche 2 septembre 2018

Bonne nouvelle du dimanche 2 septembre 2018

Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.

PREMIÈRE LECTURE
« Vous n’ajouterez rien à ce que je vous ordonne… vous garderez les commandements du Seigneur » (Dt 4, 1-2.6-8)

PSAUME(Ps 14 (15), 2-3a, 3bc-4ab, 4d-5)
R/ Seigneur, qui séjournera sous ta tente ?

DEUXIÈME LECTURE
« Mettez la Parole en pratique » (Jc 1, 17-18.21b-22.27)

ÉVANGILE
« Vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes » (Mc 7, 1-8.14-15.21-23)

En ce temps-là, les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées.
– Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats.
Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. » Jésus leur répondit :
« Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit :
Ce peuple m’honore des lèvres,mais son cœur est loin de moi. C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains.
Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes. »

Appelant de nouveau la foule, il lui disait : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien.
Rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur.
Mais ce qui sort de l’homme, voilà ce qui rend l’homme impur. »

Il disait encore à ses disciples, à l’écart de la foule :« C’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure. Tout ce mal vient du dedans, et rend l’homme impur. »

Sorties de crise
Jésus s’adresse vraiment à la foule, et non aux seuls disciples perdus dans des raisonnements autocentrés.

Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.
Des lèvres au cœur. Cela pourrait êtreun beau titre pour un livre d’éveil à la
foi pour les petits, mais aussi pour les grands.
La foi a bien évidemment besoin de mots pour s’exprimer et de prières pour
entretenir une relation personnelle avec le Seigneur.
L’Esprit Saint ne nous rend pas muet. Il est celui qui nous donne l’audace de parler et de nous adresser à Dieu comme on parle à son papa !
Prononcer sur nos lèvres le nom de Père pour désigner Dieu risque néanmoins de
sonner faux si notre cœur n’est pas un cœur de fils mais un cœur de pierre.
Le pape François l’a rappelé : le nom de Dieu est miséricorde. Ce n’est pas pour
rien si nous demandons à Pentecôte que l’Esprit vienne assouplir ce qui est raide.
Sans attendre, gagnons en souplesse en passant des lèvres au cœur.

Thierry Lamboley,
jésuite

Dernière mise à jour : Dimanche 2 septembre 2018