Accueil > Diocèse > Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille > Lettre de Mgr Jean-Marc Aveline aux diocésains

Lettre de Mgr Jean-Marc Aveline aux diocésains

Avec toute l’Église, nous venons d’entrer en Avent. Je choisis ce moment pour vous faire part de trois dynamiques diocésaines pour les mois à venir.

La première consiste à développer ce que nous avons commencé en célébrant le mois missionnaire extraordinaire voulu par le pape François en octobre dernier. Pour ce faire, je vous invite à une assemblée diocésaine sur la mission, qui se tiendra le dimanche 15 mars dans l’après-midi. Nous serons le troisième dimanche de Carême et nous prendrons ensemble un temps de prière, de réflexion, de partage et de débat sur ce dont nous aurions besoin, en diocèse, pour progresser dans la fidélité à l’Évangile et dans notre zèle apostolique. J’ai demandé à Sœur Marie-Anne Bourgois de préparer, avec une petite équipe, cette assemblée très importante pour la suite de la mission dans notre diocèse.

La deuxième dynamique concerne le tricentenaire de la consécration de Marseille au Sacré-Cœur. Vous le savez sans doute, au moment où la peste ravageait notre ville et notre région, Mgr de Belsunce, encouragé par Sœur Anne-Madeleine Rémuzat, avait consacré la ville et le diocèse au Sacré-Cœur le 1er novembre 1720. Nous fûmes le premier diocèse au monde à vivre une telle consécration. Pour célébrer dignement ce troisième centenaire, j’ai nommé un Comité du tricentenaire, sous la responsabilité de Mgr Jean-Pierre Ellul. Du dimanche 19 avril, dimanche de la Miséricorde, jusqu’au 1er novembre 2020, de nombreuses propositions seront élaborées avec le concours de toutes les congrégations, nombreuses dans notre diocèse, qui se réfèrent au Sacré-Cœur. Je vous donne d’ores et déjà rendez-vous le vendredi 19 juin au soir pour vivre la solennité du Sacré-Cœur à la cathédrale. Nous intégrerons dans cette dynamique les démarches entreprises par d’autres communes du diocèse lors du fléau de la peste en 1720. C’est ainsi que je me rendrai le 5 juillet à Cassis pour une grande célébration à Notre-Dame-de-Santé, dans la calanque de Port-Miou.

Enfin, une troisième dynamique concerne les questions actuelles autour du respect de la Création, questions environnementales, climatologiques, concernant la préservation de la biodiversité et les transformations écologiques nécessaires pour que le souci du bien commun l’emporte sur la logique des intérêts particuliers. Un congrès mondial se tiendra à Marseille du 11 au 19 juin prochain, au Parc Chanot. C’est pour nous l’occasion d’un double travail : d’une part, comprendre et faire nôtre la contribution que l’Église peut apporter à ces défis nouveaux, notamment à partir de l’encyclique du pape François, Laudato si’, afin de la rendre visible et accessible lors de ce Congrès ; d’autre part, réfléchir à ce que nous devrions faire évoluer dans notre façon de vivre en Église diocésaine, afin de mieux correspondre aux exigences de cette nécessaire vigilance écologique. L’approche ecclésiale prônée par le Pape se caractérise par le fait qu’elle s’efforce de lier entre elles les questions environnementales, sociales, culturelles et spirituelles au sein d’une "écologie intégrale. "C’est cela qu’il nous faut mieux comprendre pour mieux le vivre et mieux le partager. Après la soirée du 22 novembre dernier au Mistral, j’ai décidé la création d’un Conseil diocésain Laudato si’, qui se réunira de janvier 2020 à juin 2021. Ce Conseil, dont les membres seront appelés par une lettre de mission que je leur enverrai, fera essentiellement un travail de coordination et de prospective et pourra s’adjoindre le concours de nombreuses autres personnes qui ont déjà manifesté leur désir de participer à cette dynamique. J’ai demandé à M. Pierre Dallaporta d’en assurer la présidence.

Ces trois dynamiques diocésaines sont des dynamiques de communion et de mission, de rassemblement et d’envoi. Dans la vie de l’Église, communion et mission vont toujours de pair et s’enracinent dans la prière et la contemplation. Que l’Esprit Saint nous accompagne tout au long de cette année liturgique. Qu’Il nous stimule, nous surprenne et nous tienne arrimés au Christ, Lui qui est le cep en dehors duquel aucun sarment ne peut donner du fruit.

Bon Avent et bon Noël à tous !

+ Jean-Marc Aveline
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Lundi 27 janvier 2020