Accueil > Actualités > Eglise Universelle > Canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II > Entre Français, sous le signe de la Miséricorde

Entre Français, sous le signe de la Miséricorde

C’est à l’invitation de la communauté française de Rome qu’un millier de pèlerins se sont retrouvés pour un temps de prière et de témoignages, dans les jardins du couvent de La Trinité-des-Monts, samedi 26 avril 2014, autour de Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France. Il était accompagné de quelques évêques venus avec leurs diocésains en pèlerinage, à l’occasion de la canonisation des Papes Jean XXIII et Jean-Paul II.


Ce temps de prière et de témoignages a rassemblé la génération Jean XXIII et la génération Jean-Paul II, sans oublier les petits-enfants des uns et les enfants des autres. Elle a permis de regrouper divers groupes venant à Rome pour la canonisation de deux grands Papes du XXème siècle en présence des deux Papes du XXIème siècle, pour un temps de préparation spirituelle et de rencontre fraternelle.

Emmanuel, séminariste du diocèse d’Avignon, a partagé son lien spirituel avec Mère Teresa qui l’a recueilli quand il était un bébé abandonné, et avec Jean-Paul II, croisé au stade de Gerland à Lyon, à l’âge de 4 ans. Il lui avait alors "prophétisé" qu’il porterait des vêtements sacerdotaux comme lui, termes dont il ignorait le sens mais qui l’a marqué.

Le P. Le Floch a évoqué le témoignage d’André, jardinier dans un centre de retraite fréquenté par Mgr Angelo Roncalli. Le futur pape Jean XXIII, alors Nonce à Paris, lui offrant de quoi s’offrir un costume de mariage, lui demandait, ainsi qu’à son épouse, de prier pour lui : "J’ai besoin de votre prière conjugale et de votre prière familiale".

Soeur Marie Simon-Pierre (photo), des Maternités Catholiques, a évoqué sa guérison de la maladie de Parkinson, due à l’intercession de Jean-Paul II et qui a été reconnue comme miracle pour la béatification du Pape polonais. "C’est un mystère difficile à expliquer avec des mots : j’étais malade, mais ma maladie ne me faisait plus peur et je suis guérie, ma vie spirituelle en ayant été renouvelée. Jean-Paul II est devenu un ami si proche de mon cœur."

Aude Dugas, collaborant avec la Congrégation pour les causes des saints, a partagé ce que signifie être saint aujourd’hui, ce qui n’implique pas de "finir au court-bouillon dans une marmite de cannibales". Citant l’injonction du Pape Benoît XVI, "N’ayons pas peut d’êtres des saints", elle a insisté sur le fait que "nous sommes tous appelés à la sainteté, chacun dans notre état". Plusieurs centaines de Français sont en cours de reconnaissance de sainteté, dont quelques laïcs qu’elle a présentés : les époux Martin, parents de sainte Thérèse de Lisieux, la mystique Marthe Robin, Anne de Guigné morte à 10 ans, le professeur de génétique Jérôme Lejeune, la missionnaire au milieu des militants communistes Madeleine Delbrêl, Claire de Castelbajac à la santé fragile, Robert Schuman, un des pères fondateurs de l’Europe.

Heureux les miséricordieux !
Après la lecture de l’Evangile des Béatitudes, Mgr Georges Pontier est revenu sur le message de la Miséricorde, chère aux deux Papes canonisés le lendemain. "Heureux les miséricordieux" est bien la Béatitude centrale, la 5ème sur les 9. "Le chrétien est appelé à rentrer dans le dynamisme de la Miséricorde de Dieu". Il a appelé à relire la vie et le message de Jean XXIII et de Jean-Paul II à la lumière de la Miséricorde. Jean XXIII, "d’une grande simplicité s’est efforcé à conduire l’Eglise dans une attitude de Dialogue" et Jean-Paul II " nous a invité à ouvrir des chemins d’avenir en passant par la Miséricorde".

Mgr Pontier a invité les pèlerins, à la suite de Jean XXIII et de Jean-Paul II, à l’Amour de l’Eglise : "Soyons bons pour notre Mère l’Eglise et aimons l’Eglise Universelle, l’Eglise de notre pays, l’Eglise de notre diocèse, l’Eglise de notre paroisse. N’allons pas chercher ailleurs la Miséricorde du Seigneur qui est venu nous rejoindre".

Pour Francine et Joëlle, deux personnes handicapées d’Ile-de-France, venues en pèlerinage pour la double canonisation avec leur accompagnatrice infirmière, ce fut "un temps recueilli et émouvant. C’était bien de prier ensemble entre Français et on se sentait vraiment dans le Peuple et non isolées". Heureuses d’avoir pu profiter de l’accueil chaleureux des 120 bénévoles français, romains d’adoption, elles ont pu découvrir les 6 lieux nationaux de Rome : Saint-Louis-des-Français, La Trinité-des-Monts, Saint-Yves-des-Bretons, Saint-Claude-des-Bourguignons, Saint-Nicolas-des-Lorrains et le Séminaire pontifical français. Elles ont fait les trajets en fauteuils roulants, sous la pluie ou sous le soleil, pendant ce riche week-end et repartent avec leur livret Magnificat décorés des six tampons de leur crédenciale, preuves de leur pèlerinage sur les traces de l’histoire de France à Rome, complétant celui aux tombeaux des apôtres et des papes.

Par Vincent Fauvel
Aller plus loin

Dernière mise à jour : Jeudi 1 mai 2014