Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de notre archevêque > Homélie Messe de minuit du 24 décembre 2017

Homélie Messe de minuit du 24 décembre 2017

Cathédrale de La Major

L’Apôtre Jean a écrit au début de son Évangile : « Dieu, personne ne l’a jamais vu. Le Fils unique, Lui qui est Dieu, Lui qui est dans le sein du Père, c’est Lui qui l’a fait connaître. »

Connaître Dieu ! Comment le connaître si Lui-même ne se fait pas connaître ou reconnaître ? Noël est le commencement de cette révélation : Il se fait l’un de nous, un de l’humanité pour nous préparer à devenir comme Lui. Il se fait semblable à nous dans son histoire humaine, dans son existence corporelle, pour nous entraîner à devenir comme Lui dans notre existence spirituelle, dans notre manière d’être homme. Il prend notre corps pour gagner notre cœur. Il se fait semblable à nous pour sauver en nous ce qui n’était plus à son image.

Quel beau mystère ! Notre Dieu nous aime au point de se faire l’un de nous pour nous introduire dans sa filiation. Il se fait fils d’homme pour nous faire fils de Dieu. Rendons-Lui grâce. Disons-Lui merci. Chantons-Le en cette nuit de Noël.

Chers frères et sœurs, je voudrais vous proposer de retenir deux choses.

La première, c’est cette proximité de Dieu. Notre Dieu a choisi pour se dire à nous la proximité, la ressemblance. Dieu ne se tient pas loin de l’humanité. Il vient l’habiter, la porter. Il se fait solidaire d’elle. Ainsi, depuis Noël, tout homme peut s’ouvrir à cette foi en la proximité de Dieu. Il ne nous laisse jamais seuls. Il s’est fait frère, frère de tout homme par son amour infini, divin, sans limite. Dieu est Dieu, mais Il se révèle notre frère pour nous faire son frère, fils de Dieu, aimé de Dieu jusqu’à cette folie de l’amour de se faire semblable à nous, proche de nous. Ne doutons pas de sa présence. Ne doutez pas de sa présence. Frères et sœurs, Dieu est tout proche. Il est en notre cœur comme l’amour fraternel ou amical nous rend présents les uns aux autres. Goûtons sa présence. Parlons-Lui, entretenons-nous avec Lui. Apprenons à Lui parler, à L’aimer, à L’accueillir en nous.

La deuxième chose, c’est la pauvreté dans laquelle Jésus se fait homme. Une mangeoire pour berceau, un environnement de famille pauvre, des bergers comme premiers visiteurs. La pauvreté, l’attention aux plus pauvres, sont encore des chemins par lesquels Jésus fait connaître notre Dieu. Il se plaît avec les hommes, avec les petits. Il ne s’appuie pas sur la richesse pour vivre. Il ne s’installe pas. Il veut que tout le monde soit à l’aise avec Lui, et surtout ceux qui pourraient douter d’avoir leur place auprès de Lui, ceux qui finissent par se mépriser parce qu’on les méprise, à se marginaliser parce qu’on les marginalise. Oh mes frères, restons libres par rapport aux richesses et à ce qu’elles apportent. Faisons-nous proches de ceux qui sont à la marge. Regardons tout homme comme un frère. Refusons de faire des catégories. Apprenons à aimer tout homme comme un frère, et même celui qui n’a pas d’allure. Soyons remplis de bonté et de bienveillance, comme Dieu se fait connaître : un Dieu doux et humble de cœur, un Dieu bienveillant, défenseur des pauvres, des petits, des étrangers, des rejetés. Tout homme est son frère.

C’est Noël, frères et sœurs : Dieu se fait connaître à nos yeux.

C’est Noël, Dieu se fait semblable à nous, proche de nous.

C’est Noël, Dieu choisit la vraie richesse, celle de la bonté, de la fraternité, de la bienveillance.

Qu’Il soit béni, Qu’Il nous rende semblables à Lui. Qu’Il nous tienne proches de Lui.

Joyeux Noël !

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Lundi 15 janvier 2018