Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de notre archevêque > Homélie dimanche de Pâques 21avril 2019

Homélie dimanche de Pâques 21avril 2019

La Résurrection est une puissance de vie et d’amour répandue en notre monde et dans le cœur des croyants.

Lorsque nous proclamons notre foi chrétienne nous disons : « Le troisième jour, il est ressuscité d’entre les morts. » Puis plus loin : « Je crois à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair et à la vie éternelle. »
La victoire du Christ sur la mort et le péché rejaillit sur nous. La communion entre morts et vivants n’est pas rompue. Le péché, c’est-à-dire ce qui jette le doute en nous sur l’existence de Dieu, bon pour l’homme, et sur la fraternité universelle, est vaincu. La mort n’a plus le dernier mot, elle est vaincue, elle aussi, par la puissance de vie et d’amour qu’est notre Dieu.
Béni soit le Père créateur de toute chose, Béni soit le Fils bien-aimé qui s’est fait homme et en Jésus « est passé en faisant le bien, en guérissant tous ceux qui étaient sous le pouvoir du diable, car Dieu était avec lui », comme le proclame Pierre à Césarée. Béni soit l’Esprit Saint, Esprit d’amour et de vie répandu en nos cœurs, Maître de la vie et de l’histoire.

Cette victoire, le Christ l’a remportée par une vie donnée pour ses frères, par une obéissance au désir de salut du Père, par la victoire dans son cœur d’homme sur la haine, la violence, l’exploitation des autres, le mépris ou le rejet. Il nous sauve, non pas seulement après notre mort mais dès cette vie. Il nous libère du péché, de l’indifférence au sort des autres. Il nous libère de nous-mêmes et nous rend capables de faire de nos vies des vies données. Il nous libère encore dans notre relation avec lui. Il nous ouvre à sa présence en nous-mêmes. Il nous fait entrer dans un dialogue d’amour, de confiance.

Chers frères et sœurs, le Seigneur nous sauve aussi dans notre vie ecclésiale. Nous vivons des épreuves, des déceptions, des révoltes, des moments difficiles. Mais nous savons que souvent, c’est à travers elles que le Seigneur nous purifie, nous parle, nous révèle sa fidélité malgré nos fautes personnelles ou collectives. Il nous renouvelle son appel à la conversion, au changement, à une vie plus humaine et juste. Nous vivons un temps de cet ordre dans notre Église. Nous sommes appelés à une vie plus unifiée, fidèle à notre baptême, au mariage ou à l’ordination presbytérale. Il nous appelle à demeurer attentifs à ce qui divise nos cœurs et conduit à des doubles vies, à ce qui nous entraîne sur des chemins qui font souffrir tout le monde.
Le Christ ressuscité nous ouvre à l’espérance en la vie éternelle au-delà de la mort, mais aussi, Il nous guide pour traverser les épreuves de nos vies. Oui, le pardon est possible. Oui, la réconciliation peut advenir, la guérison aussi. Oui, la solidarité peut prendre forme et durer. Oui, l’amitié est une des forces les plus grandes. Oui, nos sociétés peuvent devenir meilleures, plus justes et égalitaires, plus fraternelles. Oui, la violence peut diminuer et disparaître parce qu’elle est inhumaine. Oui, le respect et la fraternité peuvent grandir entre des êtres humains semblables et divers à la fois.
La Résurrection est une puissance de vie et d’amour répandue en notre monde et dans le cœur des croyants. Cette nuit, 75 adultes ont reçu le baptême dans notre diocèse de Marseille. Surtout de jeunes adultes. Leur vie s’est illuminée en s’ouvrant à la foi en l’amour de Dieu pour eux et pour le monde. Leur itinéraire est divers, mais leur joie est la même, intérieure, profonde, illuminatrice. Comme disait Paul dans la lettre aux Corinthiens qu’on a entendue tout à l’heure : « Ils vivent avec le ferment nouveau de la vérité, de la droiture, de la vie donnée. »

Je vous souhaite une joyeuse Pâque, un renouvellement dans votre foi personnelle. Et à vous, chers parents qui présentez vos enfants pour qu’ils reçoivent le baptême, je vous assure de notre joie de vous entourer et de joindre notre prière pour eux. Le baptême fait d’eux des membres de l’Église, ce corps sacramentel du Christ qui témoigne jusqu’à la fin des temps de la Bonne nouvelle du Fils de Dieu fait homme, mort et ressuscité pour notre salut et celui du monde.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Pâques, le sens de cette fête

Dernière mise à jour : Jeudi 25 avril 2019