Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de notre archevêque > Homélie du 21 septembre : jour anniversaire du baptème de l’abbé (...)

Homélie du 21 septembre : jour anniversaire du baptème de l’abbé fouque

« Jean-Baptiste Fouque fut l’aîné des six enfants que le foyer Fouque accueillit. Trois moururent en bas âge. Les trois autres sont : Jean-Baptiste, qui devait mourir à soixante-quinze ans ; Joseph, de deux ans plus jeune, qui fut prêtre lui aussi et mourut en 1912, vicaire à Saint-Philippe. Enfin Joséphine, qui après avoir été la servante bénévole de l’un puis de l’autre de ses frères prêtres, devait mourir en 1928, à l’âge de soixante-cinq ans.
Né le 12 septembre 1851, Jean-Baptiste fut baptisé neuf jours plus tard, le 21, dans la vieille église paroissiale des Réformés-Saint-Vincent-de-Paul qui devait laisser place, en 1868, à l’actuelle église du même nom, dont la première pierre fut bénite, le 22 août 1855, par Mgr de Mazenod » (L’Amour ne passera jamais, p. 14).

Il y a donc 167 ans aujourd’hui que l’abbé Fouque était baptisé dans cette église des Réformés-Saint-Vincent-de-Paul. C’est ici qu’il devint membre du corps du Christ, c’est ici que ses parents l’ont porté puis l’ont entouré pour qu’il s’ouvre à l’amour de Dieu pour lui et pour l’humanité. C’est ici qu’il a revêtu la robe blanche des enfants de Dieu. C’est ici que lui a été dit : « Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » C’est ici qu’il a été marqué de l’huile sainte.

Chers frères et sœurs, il est providentiel que nous puissions commencer cette neuvaine qui nous conduira à la célébration de la béatification de l’abbé Jean-Baptiste Fouque par l’évocation de l’anniversaire de son baptême. La grâce baptismale a comme déposé en lui la puissance de l’amour de Dieu qui s’est donné pour son salut. Elle l’a introduit dans cette réalité invisible de nos existences : nous sommes enfants de Dieu et frères et sœurs des hommes. Plus encore, ce moment du baptême initiait le choix de Dieu de faire de Jean-Baptiste Fouque un de ses disciples, un prêtre, un témoin de l’Évangile, un entraîneur de ceux qu’il rencontrait, un ami et un serviteur des pauvres. Dieu l’ouvrait à son amour infini pour les hommes. Dieu révélait son cœur tendre et miséricordieux.

La parole de Dieu, en ce jour de la fête de saint Matthieu, éclaire cette intention de Dieu sur le petit Jean-Baptiste. Le jour viendra où il entendra, comme Matthieu, l’appel à le suivre : « Suis-moi. » Le jour viendra où il conduira jusqu’aux pécheurs, aux pauvres, aux enfants, aux jeunes, aux malades, la révélation de Celui qui dit sa présence, son amour, de Celui qui proclame : « Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs. » Nous savons le temps qu’il accordera au service des pauvres et à la célébration du sacrement de la réconciliation.

Saint Paul, dans la lettre aux Éphésiens, rappelait qu’à chaque baptisé, le Seigneur confie une grâce particulière. Le jour de son baptême fut semée la grâce qui a fait de lui un prêtre, un ami de Dieu, « un géant de la charité », pour reprendre le mot de mon prédécesseur, le cardinal Panafieu, qui a remis en route le cheminement vers la béatification de l’abbé Fouque. Cette grâce baptismale est confiée à l’Église pour lui permettre de porter son fruit. Elle fut confiée à ses parents, confiée aux éducateurs qu’il a croisés, aux formateurs qui l’ont accompagné, aux prêtres qu’il a côtoyés.

Nous-mêmes, nous sommes des baptisés. Le jour de notre baptême, le Seigneur a déposé en nous une grâce. Il l’a confiée à nos familles et à la communauté chrétienne. A chacun de nous est confiée une mission dans notre vie et dans la vie ecclésiale. Cette grâce doit porter son double fruit, celui d’une confiance infinie en l’amour de Dieu pour nous et celui d’un amour des petits et des pauvres.

Rendons grâce pour la fidélité de l’abbé Fouque. Il a permis à la grâce du Seigneur de porter tout son fruit. Il a permis à l’Église qui est à Marseille de s’ouvrir à sa vocation et à sa mission.

Puisse-t-il aujourd’hui être ce témoin de la charité que l’Église nous donne comme modèle.

Puisse-t-il nous rendre témoins de la dignité de tout homme aimé de Dieu.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Lundi 24 septembre 2018