Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de Notre Evêque > Homélie lors de l’appel des catéchumènes 9 mars 2014

Homélie lors de l’appel des catéchumènes 9 mars 2014

La Parole de Dieu, proclamée dans la liturgie de ce premier dimanche de Carême, nous rejoint, vous rejoint, en cette célébration de l’Appel décisif en vue de recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne.
Dans l’Evangile, on vient de voir Jésus conduit par l’Esprit Saint dans le désert pour y être tenté. Et cela se passe après le baptême reçu de Jean.

C’est un enseignement important : après le baptême, on peut être tenté, vous serez tentés. Tentés de chercher ailleurs qu’en Dieu les sources du bonheur, ailleurs que dans cette lumineuse rencontre de Dieu qui, actuellement, vous enchante, vous émerveille, vous change et vous stimule. L’une d’entre vous écrit dans sa lettre : « Comment vivre dans l’amour de Dieu sans le trahir, sans se trahir ? »
Le Seigneur est venu vous rejoindre dans la fragilité de vos existences. Et souvent, vous décrivez ces fragilités avec des mots émouvants à la mesure de votre histoire. Votre étonnement fut souvent grand de découvrir qu’en fait, Dieu était là avant même que vous ayez reconnu les signes de sa présence bienveillante : « J’ai réalisé également, écrit l’un d’entre vous, que durant toutes ces années (45 !), même dans les moments de ma vie où je n’y pensais pas, où je n’en avais pas le souci, le Seigneur était à mes côtés. »
Voilà, vous vivez un moment de joie et de grâce, et l’Eglise vous avertit : après votre baptême, vous serez tentés, tentés de douter de Dieu ou de mettre ailleurs qu’en Lui votre confiance. D’ailleurs, vous le savez bien, chaque fois que nous récitons le Notre Père, nous supplions le Seigneur : « Ne nous soumets pas à la tentation. » Et la tentation dont il s’agit, c’est bien celle-là : celle de mettre ailleurs qu’en Dieu notre confiance ! Nos fragilités demeurent ! Et si nous arrêtons de nous appuyer sur Dieu, elles reprennent le dessus.

L’Evangile de ce jour nous détaille ces grandes tentations, celles que Jésus devra encore affronter à la fin de sa vie, sur la Croix. On voit ici Satan lui suggérer d’apaiser sa faim en utilisant son pouvoir de Fils de Dieu pour transformer des pierres en pain. Et Jésus vaincra cette tentation en réaffirmant quelle est la nourriture qui calme toutes les faims. Elle n’est pas matérielle ! C’est celle de la Parole de Dieu : « L’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » L’une d’entre vous écrit : « L’étude de la Bible, en toute simplicité car je ne fais que commencer, me rassure. Les mots, les paroles que j’y trouve m’accompagnent, ouvrent mon cœur et je me sens plus forte, plus sereine et plus humble. » Oui, les paroles qui sortent de la bouche de Dieu sont notre force, notre lumière. Gardez toujours proche de vous la Parole de Dieu. Venez l’entendre avec vos frères chrétiens lors de l’Eucharistie du dimanche. Ne l’abandonnez pas. N’oubliez pas qu’elle est votre, notre compagne qui ne nous laisse jamais seuls.

Le récit de l’Evangile nous montre ensuite deux autres tentations : celle de la recherche des biens matériels, de l’argent ou celle du pouvoir, celle de vivre en voulant dominer les autres. Là encore, cela vous tentera. Et il faudra, à la manière de Jésus, résister en vous serrant contre le Seigneur, dans ses bras, sur son cœur, et crier comme Lui : « Arrière Satan ! Il est écrit : c’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, et c’est lui seul que tu adoreras. »
Je vous disais : Jésus revivra sur la Croix les tentations de nos vies humaines. Et Il résistera en se remettant entre les mains de son Père : « Entre tes mains, je remets mon Esprit » et en pardonnant à ceux qui le mettent à mort : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » Oui, vraiment, ce qui tient le Christ Jésus, c’est son lien d’amour pour son Père. Ce qui vous tient, ce qui nous tient, c’est ce même lien d’amour pour Lui. C’est Lui qui nous permet de traverser cette vie sans nous durcir, sans nous enfermer sur nous-mêmes, sans nous croire isolés ou abandonnés.

Mes amis : confiance ! Le Seigneur est avec vous ! Dans le récit de l’Evangile, on voit que Jésus, durant ces tentations, n’était pas que soumis au démon ! Il avait la Parole de Dieu. Il avait même la présence de Dieu, symbolisée par les anges qui sont là et Le servent ! L’Esprit Saint qui L’avait conduit au désert ne L’a jamais quitté ! Jésus n’a pas été que tenté. Il a triomphé de la tentation et du péché. Et Il l’a fait pour nous. Vous-mêmes, dans un instant vous allez être marqués de l’huile des catéchumènes. Cette onction demeurera pour vous le signe que Dieu ne vous abandonne pas, que Dieu est votre force, votre lumière.

Le chrétien n’est jamais seul : l’Esprit de Dieu est en lui, la Parole du Seigneur le nourrit, le Père le tient dans sa famille, au sein de la communauté chrétienne et au sein de celle des hommes, nos frères. C’est la joie de l’Evangile : celle de se savoir sauvé par Celui que Paul annonçait comme Celui qui a effacé la faute des hommes, Celui qui nous ouvre le cœur de Dieu et ouvre nos cœurs à la foi en la miséricorde de Dieu.
Avancez avec confiance et reconnaissance. Vivez dans l’amour. Prenez votre place dans la vie de la communauté chrétienne. Ne restez jamais seuls ! Le Seigneur a vaincu le Satan, le péché. Il est notre joie et notre salut ! Qu’Il soit béni.

Amen.

+ Georges PONTIER

Dernière mise à jour : Vendredi 14 mars 2014