Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de notre archevêque > Homélie lors de la confirmation des adultes 19 mai 2018

Homélie lors de la confirmation des adultes 19 mai 2018

Nous Te rendons grâce de nous avoir choisis pour être ceux et celles qui, en ce monde, annoncent ton amour et espèrent la rencontre.

La fête de Pentecôte de cette année 2018 restera pour vous une date importante de votre vie chrétienne. Baptisés enfants ou baptisés de cette dernière Pâques, vous êtes là en raison du chemin de foi que vous vivez actuellement. La lumière qui vient de la rencontre du Christ a illuminé vos ténèbres, éclairé vos questions, comblé votre cœur. Vous vous savez aimés de Dieu, et votre réponse à cet amour ne cesse de s’approfondir et de prendre place dans votre existence. L’une d’entre vous écrit : « Je dirai que ma foi a ressemblé jusqu’à présent à un trait en pointillé : une alternance de ferveur et de doute qui m’ont parfois éloignée de Notre Seigneur. » Certains parmi vous peuvent peut-être se reconnaître dans cette image du chemin en pointillé. En tout cas, ce soir, c’est un moment de trait plein, un moment de ferveur, un moment de grand désir, de grande attente, de grande joie. Nous sommes là comme les premiers disciples avec la Vierge Marie qui, au Cénacle, attendaient le don de Dieu, l’Esprit Saint.

La Parole de Dieu que nous venons d’entendre nous enseigne sur cette œuvre de l’Esprit de Dieu. Le prophète Ezéchiel l’a expérimentée comme une renaissance, un redémarrage de la vie : les ossements desséchés reprennent vie grâce à l’Esprit qui vient par son souffle leur rendre souffle. La mort spirituelle peut nous marquer dans nos vies. L’accueil de l’Esprit nous redonne vie. Notre vie reprend souffle, retrouve la joie. L’une d’entre vous écrit : « J’avais besoin de soigner mon âme, de pardonner, de me pardonner et surtout de demander pardon au Seigneur pour mes péchés. Ça a été pour moi une renaissance spirituelle, même si au fond de moi, je savais que Dieu ne m’avait jamais abandonnée, c’est moi qui avais fermé mon cœur et mon esprit. » Une renaissance spirituelle ! Là, je crois que tous vous vous reconnaissez. Ce sacrement de la confirmation qui vous rejoint dans votre vie d’adultes marque comme une renaissance spirituelle.

Saint Paul, dans sa lettre aux Romains, utilisait l’image de l’enfantement. L’histoire du monde, comme chaque histoire personnelle, est comme un long enfantement que Dieu accomplit grâce à l’Esprit répandu qui vient réaliser sa volonté de vie et d’amour. Nous sommes en train de naître sans cesse à notre vie d’enfants de Dieu et de frères des hommes. « L’Esprit vient au secours de notre faiblesse » pour prier, pour aimer, pour demeurer dans la confiance, pour espérer, pour laisser l’Esprit faire de nos cœurs des cœurs que Dieu aime.
Je cite encore une lettre : « Cette exigence de l’amour du prochain qui était ma recherche depuis tant d’années est éclairée par Dieu et partagée par tous les chrétiens du monde ! C’est puissant… Je crois que nous pouvons chacun participer à ce travail. Je crois que nous devons témoigner de cet amour, de cette force qui prime sur tout ce que l’on peut vivre individuellement. » L’amour des autres, l’amour pour les autres, l’engagement pour l’accueil, le soutien, la justice, pour un monde plus humain. Voilà encore l’œuvre de l’Esprit de Dieu en nous. L’un d’entre vous l’exprime ainsi : « Je crois et je désire que l’Évangile façonne mon esprit. Pour moi, être "confirmé", c’est désirer que Dieu ressorte dans toute ma vie. »

Chers amis, frères et sœurs, notre Dieu nous apprend à donner et à ne faire que donner, à sa manière ! L’Église donne ce qu’elle a reçu. Ce soir, elle accueille avec bienveillance et bonheur votre demande. Elle va vous transmettre le don de l’Esprit Saint qu’elle a reçu et dont elle vit. Nous allons prier avec vous et pour vous. Nous allons supplier le Seigneur pour qu’Il accomplisse ce que l’Église lui demande quand elle vous dit : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu. » Vous allez être marqués comme des enfants de Dieu, et marqués aussi par la rencontre du Seigneur au point de vouloir lui ressembler et vivre comme Il le désire et vous l’inspire. Laissez-vous faire ! Laissez-vous toucher par l’amour de Dieu pour vous. Ouvrez grand votre cœur. Le Seigneur veut donner et donner encore et se donner toujours ! L’un de vous écrit encore ceci : « Plus j’étudie, plus je vais à la messe, plus j’échange avec d’autres croyants et plus je prie, plus je ressens la présence de Dieu à mes côtés. Ma soif ne s’étanche pas, elle grandit petit à petit et ne semble avoir aucune limite. »

« Mon âme a soif de Dieu, le Dieu vivant, quand le verrai-je face à face ? », chante le psaume. Seigneur, étanche notre soif de Toi et en même temps, maintiens cette soif de Toi vive et profonde. Nous Te rendons grâce de nous avoir choisis pour être ceux et celles qui, en ce monde, annoncent ton amour et espèrent la rencontre.

Sois béni !

Amen.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Mardi 29 mai 2018