Accueil > Diocèse > Mgr Jean-Marc Aveline, archevêque de Marseille > Paroles de notre Archevêque > Homélie de Mgr Aveline:Huitième centenaire de la rencontre entre saint (...)

Homélie de Mgr Aveline:Huitième centenaire de la rencontre entre saint François d’Assise et le Sultan Al-Malik-al-Kâmil

Il y a huit cents ans, dans le delta du Nil, les croisés croyaient fermement savoir quel était le « bon combat » à mener.

« Le moment de mon départ est venu, écrit saint Paul à Timothée. J’ai mené le bon combat, j’ai achevé ma course, j’ai gardé la foi. » Frères et soeurs ici rassemblés et amis téléspectateurs, quel est donc ce « bon combat » dont parle Paul ? Et quel pourrait être, pour nous aujourd’hui, le bon combat de la foi ?
Il y a huit cents ans, dans le delta du Nil, les croisés croyaient fermement savoir quel était le « bon combat » à mener. Il fallait reconquérir les Lieux Saints et délivrer le tombeau du Christ des mains des Sarrasins. Le Pape lui-même, en décidant une cinquième croisade, lui avait assigné cet objectif. Tous les jeunes chevaliers, fiers et courageux, en étaient donc convaincus. Aujourd’hui encore, beaucoup de jeunes, religieux ou athées, sont prêts à s’engager pour une noble cause, souvent humanitaire ou environnementale, par solidarité avec les plus pauvres, par désir d’aventure ou soif d’idéal. Mais il arrive hélas - et nous ne le savons que trop - que ce bel élan se laisse détourner à des fins idéologiques d’autant plus radicales et meurtrières qu’elles sont déguisées en propagandes religieuses.
François d’Assise connaissait bien la fougue de cet esprit chevaleresque qui avait enchanté sa jeunesse et son coeur valeureux. Mais depuis qu’il avait rencontré Dame Pauvreté, tout avait changé pour lui. Désormais, l’idéal de sa vie n’était plus le combat des uns contre les autres, mais la rencontre des uns avec les autres. Il voguait donc vers Damiette avec les croisés, mais son cap était différent : il voulait aller à la rencontre du Sultan, pour lui chanter la beauté de l’Évangile et, si possible, fût-ce au prix du martyre, entraîner sa conversion à la foi des chrétiens. Tel était le « bon combat » que François voulait mener, convaincu que l’unité qui vient de Dieu est, par-delà les différences qui parfois nous séparent, ce qu’il y a de plus profond et de plus important dans la Création.
Alors un matin, bravant les peurs et les interdits, il quitta le camp des croisés avec frère Illuminé. Mais Dieu, qui seul connaît le combat que chacun doit mener parce qu’Il le mène à ses côtés, n’avait pas dit son dernier mot ! Certes, ils furent reçus pendant plusieurs jours par le Sultan Al-Malik-al-Kâmil, homme courtois et attentionné, sur qui le charme de François fit sans nul doute un réel effet. Mais François n’obtint ni le martyre auquel peut-être il aspirait, ni la conversion du Sultan pour laquelle sûrement il avait prié. Et pourtant, si les deux frères rentrèrent « bredouilles », quelque chose s’était passé : Dieu s’était montré plus grand ! Dans cette rencontre où Il les attendait, l’Esprit Saint avait élargi les désirs de leurs coeurs. Dès lors, s’ils l’acceptaient avec humilité, leur échec pourrait devenir porteur d’une promesse, celle d’une lointaine fécondité que personne à l’époque ne pouvait encore entrevoir. Pour François, le voyage de retour vers l’Italie fut comme une longue migration vers l’intérieur de lui-même. Le Christ l’attendait ailleurs, sur l’Alverne, pour l’inviter à entrer dans l’étonnante fécondité 1
de son Mystère pascal auquel tous les hommes, par l’Esprit Saint, peuvent être associés, d’une façon que Dieu connaît, quelles que soient leurs cultures et leurs religions.
Huit siècles ont passé. Reconnaissons-le humblement, frères et soeurs : chrétiens et musulmans, « nous avons trop longtemps nourri notre imaginaire de mythes hérités d’un passé que chacun voulait exemplaire pour soi et diabolique pour l’autre », comme l’écrivait le Bienheureux Pierre Claverie. Car le combat le plus difficile, le « bon combat », c’est celui que chacun doit mener en lui-même pour se convertir à la miséricorde de Dieu. Notre époque, malgré les sombres nouvelles qui régulièrement hantent notre actualité, est riche d’artisans du dialogue, courtois et persévérants, humbles et vrais comme le Publicain de l’Évangile. Nous en sommes, ce matin, les heureux témoins. Alors aujourd’hui, trente-trois ans jour pour jour après la rencontre d’Assise, le 27 octobre 1986, rendons grâces à Dieu ! Car il y a huit siècles, dans les murs de l’orgueil et de la suffisance, plus épais que les remparts de Damiette, deux hommes, un chrétien et un musulman, François et Al-Kâmil, ont ouvert une brèche où s’est peu à peu engouffré le souffle de l’esprit d’Assise. Que l’Esprit Saint nous saisisse, nous désarme et nous simplifie pour faire de nous de fidèles artisans du dialogue et de la paix.
Amen !

+ Jean-Marc Aveline
Archevêque de Marseille

27 octobre 2019
Cathédrale Notre Dame de Créteil

Aller plus loin

Dernière mise à jour : Mercredi 13 novembre 2019