Homélie messe chrismale 26 mars 2018

Chers frères et sœurs, nous sommes consacrés au Seigneur. Ne doutons pas de son amour ni de sa présence

Chers amis,
J’aime bien cette phrase qui se trouvait à la fin l’Évangile lu à l’instant : « Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur Lui. » Et nous autres durant cette semaine, nous allons fixer nos yeux sur Lui, sur Jésus, sur ses derniers jours, sur l’offrande de sa vie, sur sa demande de pardon en faveur des hommes, sur le moment de son arrestation et de sa Passion, sur les actes de violence à son égard, sur sa mort sur la croix, et enfin, dimanche, sur sa Résurrection. Et durant la Vigile pascale, plus de quatre-vingts adultes seront baptisés, eux qui ont fixé leur regard sur Jésus pendant de longs mois, aidés par la communauté chrétienne à mieux Le connaître et L’aimer, à se savoir aimés de Lui.

Parmi les habitants de Nazareth qui ont les yeux fixés sur Lui, il y a sa famille, ses voisins, ses camarades, les chefs et tout le village. Ils se connaissent bien. Il vient d’y vivre une trentaine d’années. Lui aussi les connaît bien, et Il sait qu’ils auront du mal à accueillir le vrai visage de Dieu, doux et humble de cœur. Ils seraient prêts à suivre un dieu qui s’impose par la force, qui soumet tous ses ennemis, plutôt que de reconnaître comme fils de Dieu Celui qui dit : « L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. »

Ce qui caractérise la messe chrismale, c’est la bénédiction et la consécration des huiles qui serviront durant l’année à marquer le front et les mains de ceux qui les recevront : baptisés, confirmés, ordonnés, malades, catéchumènes. Ainsi, l’Église va redire au nom du Christ que celui qui reçoit la marque de ces huiles saintes est consacré pour porter la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu pour tout homme. Nous sommes consacrés pour être bons et pour être porteurs d’espérance, de soutien, d’encouragement. Notre vie est orientée vers le Christ pour puiser à cette force d’amour qu’Il est, qu’Il partage, et notre vie est également orientée vers les blessés de la vie, les éprouvés, pour les soutenir, les entourer, les encourager. Par ces onctions, Dieu se montre proche de chacun.

Pensons au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui a donné sa vie en prenant la place de la dernière otage. Nous savons depuis que dans les motivations qui l’ont poussé, il y a le fait que son métier de gendarme l’épanouissait : il savait qu’il était fait pour sauver des vies. Le travail des gendarmes, c’est de sauver des vies. Et puis nous savons qu’il avait la foi et que cette imitation du Christ qui donne sa vie a été, pour lui, un moteur important pour être bon, pour être proche des autres, pour prendre même la place de l’autre.

Ce qui caractérise encore cette messe chrismale, c’est que les prêtres et les diacres renouvellent leur engagement pris le jour de leur ordination, engagement à vivre leur service dans la communauté à la manière du Christ, avec beaucoup de bonté, avec respect pour les fidèles, avec douceur et humilité de cœur.
Quand nous fixons nos yeux sur le Christ, c’est comme si nous buvions à une source de bonté, d’amour, de fraternité.

Chers frères et sœurs, chers catéchumènes, chers jeunes qui serez confirmés cette année, entendez le Seigneur qui consacre votre personne pour que vous soyez de véritables disciples de Jésus, des artisans de paix, des porteurs d’espérance, des amis de ceux qui sont dans l’épreuve. Gardez les yeux fixés sur Lui, sur Jésus qui fait de sa vie un don. Apprenez à faire de votre vie un don. Le Seigneur nous a faits pour être responsables les uns des autres, pour nous soutenir. Par les sacrements, Il nous en donne la force ; par sa parole écoutée, reçue dans le cœur, Il nous éclaire et nous guide.

Chers frères et sœurs, nous sommes consacrés au Seigneur. Ne doutons pas de son amour ni de sa présence. Pensons un instant en silence à quelqu’un qui a besoin d’être soutenu, entouré, auprès de nous, et portons-lui la Bonne Nouvelle de notre amitié et de notre prière, la Bonne Nouvelle de l’amour de Jésus.

Il est bon le Seigneur Jésus qui nous dit : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. » Aujourd’hui, le Seigneur nous consacre et nous envoie.

Amen.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Le reportage de la messe chrismale

Dernière mise à jour : Jeudi 29 mars 2018