Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de notre archevêque > Homélie de la messe de rentrée (2 octobre 2016)

Homélie de la messe de rentrée (2 octobre 2016)

La messe de rentrée de cette Année de la miséricorde est marquée par l’ordination diaconale en vue du ministère presbytéral de Rémy de Bovis et de Thomas Meilac. Ils nous ont été présentés au début de la célébration. C’est une joie pour notre Eglise diocésaine.

Vous avez noté leur engagement au célibat pour le Royaume qui marque leur consécration au Christ et qui exprime combien leur premier amour ou leur amour de préférence est pour le Christ, le Seigneur, notre Dieu, Père, Fils et Saint Esprit. C’est, vous le comprenez, un moment important de leur vie et de leur cheminement vers le sacerdoce.

J’en retiens un appel essentiel pour la vie de tout chrétien : nous avons été baptisés dans la mort et la résurrection du Seigneur Jésus et notre vie est désormais liée à la sienne. C’est ce lien d’amitié et de confiance qui nous éclaire, nous nourrit, nous fortifie, nous tient. Avec Mgr Aveline, nous avons écrit une lettre à votre intention. Dans cette lettre, nous y parlons de ce lien fondamental au Christ, ce lien qui a besoin de nourriture et de foi pour perdurer et produire son fruit.
Quand on regarde les appels de l’Evangile, on peut parfois s’écrier comme les Apôtres : « Seigneur, augmente notre foi ! » Augmente notre confiance en toi pour pardonner, pour accueillir toute personne en ton nom, pour prier pour nos ennemis, pour croire en la vie éternelle, pour demeurer fidèles dans nos engagements humains et spirituels. Oui, notre suite du Christ ne nous conduit ni à l’orgueil d’être chrétiens, ni à un éloignement de toute fragilité ou de toute tentation. C’est une vie avec Lui, appuyée sur sa force à Lui. Comme l’écrivait Paul à son disciple Timothée : « Garde le dépôt de la foi dans toute sa beauté, avec l’aide de l’Esprit-Saint qui habite en nous. » Dans un instant, nous invoquerons l’Esprit Saint pour ces jeunes hommes, mais aussi sur chacun de nous et sur notre Eglise diocésaine. C’est Lui notre force. Vérifions en ce début d’année pastorale nos lieux et nos moments de ressourcement spirituel.

Le diacre, d’autre part, est configuré au Christ serviteur. Il est ordonné pour le service, dit-on. Il rappelle à notre Eglise que le chemin du Christ fut celui du serviteur. Il s’est situé ainsi. Il a révélé un Dieu serviteur, un Dieu doux et humble de cœur. Ainsi doit aller l’Eglise et chacun de ses membres. Ainsi doivent aller ceux qui ont été ordonnés diacres, les prêtres durant toute leur vie. Cela marquera encore la vie de Rémy et de Thomas. C’est bon pour nous d’entendre cela aussi en ce début d’année pastorale. Nous sommes tous et chacun des serviteurs. L’Evangile de ce jour nous invite à cela : « Nous sommes de simples serviteurs : nous n’avons fait que notre devoir. » Nous portons tous un grand besoin de reconnaissance. Jésus a su exprimer sa confiance en ses disciples pourtant faibles et fragiles. Mais nous devons rester vigilants sur nos sentiments profonds. L’orgueil, le pouvoir nous guettent tous dans l’exercice de nos responsabilités. Nous devons garder une âme de simple serviteur. Nous sommes également invités au service de nos frères, de ceux qui sont les plus éprouvés, les plus dans le besoin. Aujourd’hui, on voit bien que la question de l’accueil des réfugiés doit susciter notre générosité et notre engagement. Durant cette année, le rappel des œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles nous a fait entendre ces appels au service, à la conversion et à l’engagement à la suite et à la manière de Jésus.

Rémy, Thomas, avancez avec confiance. Durant ces dernières années, vous avez appris à mieux connaître le Christ. Vous avez reconnu son appel à Le suivre sur le chemin du ministère ordonné au service du diocèse dans la communauté de l’Emmanuel. Accueillez « l’Esprit de force, d’amour et de pondération » dont parlait Paul à son disciple Timothée « Avec la force de Dieu, prenez votre part des souffrances liées à l’annonce de l’Evangile. »

Et vous autres, frères et sœurs très chers, renouvelez votre engagement à la suite du Christ, celui de votre baptême et de votre confirmation, celui de votre mariage, de votre profession religieuse, de votre ordination. Suivez le Christ. Il est le chemin, la vérité, la vie. Il a ouvert le chemin du fils réconcilié et celui du pardon entre frères. En sa chair, Il a tué la haine. Soyons ensemble des amis de la paix, des passionnés du dialogue et de la confiance, des frères en humanité, des témoins de l’espérance qui ne trompe pas. Sachons montrer dans les choix de nos vies la foi qui nous anime. Libérons-nous de l’attrait des biens matériels et de l’argent. Accueillons la liberté que nous donne Celui qui, s’étant fait serviteur de tous, nous invite à vivre nos vies comme de simples serviteurs.

Et que La Vierge Marie, notre Bonne Mère, qui a vécu comme l’humble servante du Seigneur nous soit un modèle et un soutien.

Frères et sœurs, « aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre cœur. »

Amen.

+ Georges PONTIER
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Mardi 17 janvier 2017