Accueil > Diocèse > Services diocésains > Pastorale des Migrants > Journée mondiale du migrant et du réfugié 2018

Journée mondiale du migrant et du réfugié 2018

Le 14 janvier 2018, l’Église universelle célèbre la 104ème Journée mondiale du migrant et du réfugié pour laquelle le Pape François a choisi comme thème de réflexion et de prière : " Accueillir, protéger, promouvoir, intégrer les migrants et les réfugiés"

Chers frères et sœurs !
« L’immigré qui réside avec vous sera parmi vous comme un compatriote, et tu l’aimeras comme toi-même, car vous-mêmes avez été immigrés au pays d’Égypte. Je suis le Seigneur votre Dieu » (Lv 19, 34). Durant les premières années de mon pontificat, j’ai exprimé à maintes reprises une préoccupation spéciale concernant la triste situation de nombreux migrants et réfugiés qui fuient les guerres, les persécutions, les catastrophes naturelles et la pauvreté. Il s’agit sans doute d’un ‘‘signe des temps’’ que j’ai essayé de lire, en invoquant la lumière de l’Esprit Saint depuis ma visite à Lampedusa le 8 juillet 2013. En créant le nouveau Dicastère pour le Service du Développement humain intégral, j’ai voulu qu’une section spéciale, placée ad tempus sous mon autorité directe, exprime la sollicitude de l’Église envers les migrants, les personnes déplacées, les réfugiés et les victimes de la traite.

l’intégralité du message du pape François pour la journée mondiale du migrant et du réfugié

A MARSEILLE
Quatre verbes que le pape nous donne comme un programme pour cette année 2018. Quatre verbes qui nous incitent à réfléchir d’abord, à agir ensuite.

Accueillir, c’est d’abord créer en soi un parti pris de bienveillance pour recevoir l’autre, ce qui n’exclut pas la nécessité d’avoir du discernement.
Protéger  : les lois des différents pays européens ne protègent pas les réfugiés. Ils sont livrés à eux-mêmes, sans travail, sans logement. Des associations, des paroisses et des personnes leur offrent un abri, palliant ainsi les carences des États.
Promouvoir : beaucoup de migrants ont des capacités manuelles, intellectuelles, artistiques, qui, jointes aux nôtres, deviennent une richesse commune permettant l’épanouissement de chacun.
Intégrer  : apprendre le français, c’est leur grand désir, une de leurs premières demandes. Avec beaucoup de courage et de persévérance, ces personnes parviennent à maîtriser notre langue au point qu’un groupe a inventé et joué une pièce de théâtre.
Mais comment s’intégrer quand on n’obtient pas un titre de séjour ? Ou si le titre de séjour porte la mention « n’est pas autorisé à travailler » ?

A Marseille, comme en France et ailleurs, des chrétiens et beaucoup d’autres agissent ensemble, chacun selon ses compétences et ses possibilités, pour que ces quatre verbes deviennent une réalité.
Ainsi, l’exilé, quelle que soit sa situation administrative, devient un compagnon et même un ami avec qui on partage tous les petits événements qui tissent nos vies.
Osons ensemble la fraternité et notre société en sera transformée.

Nous sommes tous invités à participer à l’après-midi festive
dimanche 14 janvier de 14h30 à 17 h à la paroisse Saint-François-Xavier
28 rue Raphaël-Ponson (8e)
en présence de Mgr Pontier

Contact  : Marie-Thérèse Fantasia - 06 81 92 05 97]

Appel de la conférence des évêques de France
L’homélie intégrale du Pape pour la Journée mondiale du migrant et du réfugié

Qu’est ce que la journée mondiale du migrant ?

Dernière mise à jour : Lundi 15 janvier 2018