Accueil > Diocèse > Patrimoine > Les buffets d’orgues > L’orgue Ducroquet de l’Œuvre Allemand:une rénovation annoncée !

L’orgue Ducroquet de l’Œuvre Allemand:une rénovation annoncée !

L’orgue de l’Oeuvre Allemand : buffet de Ducroquet (1850)

C’est en 1799 qu’un jeune prêtre de Marseille, Jean-Joseph Allemand (1772-1836), crée une œuvre destinée à la jeunesse, accueillant enfants et adolescents pendant leurs loisirs pour les accompagner et les aider à s’engager pleinement dans la société.

De nombreuses vocations sortirent très vite de cette institution, tels les Timon-David, Dassy, Fissiaux ou Vitagliano qui, à leur tour, ont fondé des œuvres marquantes dans la vie marseillaise. Fidèle à la maxime de son fondateur, « Ici on joue, ici on prie », l’Œuvre Allemand accueille aujourd’hui près de 400 membres actifs dans ses bâtiments situés 41 rue Saint-Savournin, acquis en 1820.
Elle donne à chaque jeune la possibilité de construire et d’unifier toutes les dimensions de sa personne : corporelle, spirituelle, intellectuelle et sociale. Elle l’invite au témoignage d’une vie qui soit pour les autres source d’Espérance.

La bénédiction de l’orgue
En ce dimanche solennel du 26 octobre 1850, Mgr de Mazenod, évêque de Marseille, après avoir donné la confirmation aux enfants le matin, procéda à la bénédiction de l’orgue à trois heures de l’après-midi au cours d’une cérémonie dont le compte rendu détaillé a été précieusement conservé. Aux claviers se relaient MM. Bignon et Genoud, respectivement organistes de Notre-Dame du Mont et des Chartreux. L’orgue de la chapelle, payé grâce à une souscription, est sorti des ateliers de la Maison Ducroquet de Paris, laquelle avait déjà livré, trois ans auparavant, un grand orgue à Notre-Dame du Mont. L’instrument a été mis en harmonie par son représenant Théodore Sauer et comporte alors 12 jeux posés répartis sur deux claviers manuels de 54 notes et un clavier de pédale de 18 notes. Deux jeux supplémentaires sont en attente. La façade du buffet est en noyer et la console est placée « en fenêtre » au centre de celui-ci.

L’agrandissement de la tribune

L’orgue de l’Oeuvre Allemand:console de l’orgue (1943)

En 1943, des travaux sont entrepris par la Manufacture Jacquot-Lavergne, de Rambervillers, qui apporte d’importantes modifications : suppression des claviers en fenêtre et installation d’une nouvelle console indépendante à transmission électrique tournée vers la nef, d’où changement du système de traction des notes ; augmentation de la composition sonore (23 jeux désormais) et des combinaisons (accouplements d’octaves graves et aigues, ajout de tirasses à l’octave aigue), pose d’un pédalier de 30 notes.
En 1962, la tribune fut agrandie pour une meilleure adapation à la chorale tandis que la console était déplacée sur le côté par le facteur Jean-Albert Négrel, de Roquevaire. Cette nouvelle disposition permet à l’organiste de voir aussi bien le chef de chœur que l’autel et le célébrant.
Malheureusement, l’état de l’orgue s’est progressivement dégradé et il n’est plus du tout jouable actuellement.

Une rénovation imminente
Soucieuse de conserver son patrimoine, l’association des « Anciens de l’Œuvre » apporte son soutien à la rénovation nécessaire de son orgue historique et vient d’annoncer sa concrétisation prévue pour 2014, confiée à la manufacture Thibault de Roquevaire.
Par ailleurs, il est à signaler que la vaste chapelle, qui pourra accueillir des concerts, a été récemment restaurée. Elle comporte également quelques œuvres remarquables, telle cette Adoration des Mages, toile d’Augustin Aubert, ou encore une magnifique statue du XVIIIe siècle en bois doré représentant l’Assomption de la Vierge.

Jean-Robert Cain
Chargé de mission orgues – Ville de Marseille

Une souscription est ouverte au profit de la restauration de l’orgue.
Vous pouvez envoyer un don (déductible fiscalement à hauteur de 66%) à l’ordre de l’Œuvre de jeunesse OJJA, 41 rue Saint-Savournin - 13005 Marseille.

Dernière mise à jour : Mardi 21 janvier 2014