Accueil > Diocèse > Patrimoine > Les buffets d’orgues > L’orgue Théodore Puget de l’Œuvre de la Compassion

L’orgue Théodore Puget de l’Œuvre de la Compassion

Sous l’impulsion de Mgr Eugène de Mazenod, l’abbé Jean-François Régis Barthès (1790-1860) crée, le 25 juin 1843, la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Compassion.
Orgue Théodore Puget de l’Oeuvre de la Compassion : Photo A.Ravix

Sous l’impulsion de Mgr Eugène de Mazenod, l’abbé Jean-François Régis Barthès (1790-1860) crée, le 25 juin 1843, la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de la Compassion.

Dès 1845, cette congrégation acquiert tout d’abord deux propriétés, à la Blancarde et à Saint-Barnabé, puis, le 4 juillet 1854, achète une propriété composée de deux maisons séparées par un mur - toujours visible - à la rue Saint-Savournin (actuellement au n° 50). C’est en 1859 que la congrégation décide de construire une maison en bordure de rue, sur laquelle sera adossée une chapelle dont l’architecture et le décor sont restés intacts depuis 160 ans ! Le foyer « Jean-François Régis » accueille en priorité, aujourd’hui, des étudiantes de classes préparatoires du lycée Thiers.

La commande d’un orgue
En 1866, l’abbé Boyer, aumônier de l’Œuvre des servantes, dirigée par les dames de Notre-Dame de la Compassion, traite personnellement avec le facteur Théodore Puget, de Toulouse, pour faire placer un orgue dans la chapelle de ladite œuvre, moyennant la somme de 8500 francs. Si le premier acompte versé au facteur d’orgues a été réglé par monsieur l’aumônier, « le solde du paiement total de l’orgue sera étalé du mois de septembre 1868 à septembre 1877 pour un montant annuel de 500 francs ».
La bénédiction de l’orgue eut lieu le 12 juillet 1866. On peut admirer le raffinement du buffet réalisé d’après les dessins de l’abbé Joseph Pougnet* auquel avaient été confiés, à la même période, l’achèvement et le décor de l’église Saint-Vincent-de-Paul – Les Réformés. En parfaite harmonie avec l’architecture de la chapelle, la polychromie gris et or rehausse les boiseries sculptées dans le style gothique flamboyant, tandis que les trois plate-faces de tuyaux d’étain sont encadrées de colonnettes surmontées d’anges musiciens (notre photo).
De cette inauguration, la presse relate « les témoignages des amateurs distingués qui en ont vérifié le mécanisme et étudié l’harmonisation, cet instrument méritant les éloges les plus flatteurs. Il possède les ressources particulières pour l’accompagnement du chant et pour l’exécution de la musique religieuse, ces deux claviers à mains et son pédalier sont entièrement expressifs ».

Un aller-retour à l’église de La Viste
En 1904, les facteurs d’orgues marseillais Abeille et Méritan démontèrent l’instrument pour le placer, en location, dans l’église paroissiale de La Viste. Selon les accords intervenus entre la supérieure de La Compassion et le curé de La Viste, il était prévu que cette paroisse achète l’orgue « dès que des temps meilleurs le lui permettront ». Toutefois, Monsieur le Curé s’engage à remettre l’instrument en possession des Dames de la Compassion « le jour où elles jugeront à propos de la demander, à la condition, bien entendu, qu’elles remboursent le montant des réparations qui ont été faites » (soit 800 francs).
Après une dizaine d’années, l’orgue retournera à la chapelle de la rue Saint-Savournin.

Un monument « historique »
A l’occasion du relevage, effectué par les Ets Michel Merklin & Kuhn (Lyon) en 1935, une soufflerie électrique est installée. Aucune autre intervention n’ayant affecté l’instrument, celui-ci demeure exceptionnellement conservé dans son état d’origine et en fait un témoignage remarquable de la facture de la Maison Théodore Puget Père et Fils. Il pourrait être classé « monument historique ». En effet, ce grand facteur toulousain a livré, en 1865, deux autres instruments à Marseille : à la chapelle de la Mission de France - dénommée aujourd’hui Saint-Pie X - et au monastère de la Visitation des Aygalades (actuel orgue de Saint-Loup), mais il ne subsiste quasiment que leurs buffets respectifs.

Jean-Robert Cain, chargé de mission Orgues – Ville de Marseille
avec le concours précieux de Régis Deretz, « Président de Culture et Patrimoine »

  • Anges musiciens. Photo A.Ravix
  • Intérieur de la Chapelle. Photo A.Ravix
Dernière mise à jour : Samedi 16 novembre 2013