Accueil > Diocèse > Centres culturels et spirituels > Centre Cormier des Dominicains > La Samaritaine d’Edmond Rostand, une oeuvre à contre-courant ?

La Samaritaine d’Edmond Rostand, une oeuvre à contre-courant ?

Succès d’une pièce religieuse dans une République anticléricale

Samedi 27 janvier, 3, 10 et 17 fevrier018 à 9h30
Centre Cormier des Dominicains
35, rue Edmond Rostand Marseille 13006


1897, la IIIe République bouleversée par l’affaire Dreyfus est confrontée à de nombreux problèmes. Dans ce contexte de crise politique et de réveil du catholicisme, Edmond Rostand écrit sa deuxième œuvre pour la célèbre actrice Sarah Bernhardt.

Premier succès avant Cyrano de Bergerac qu’il écrira quelques mois plus tard, la Samaritaine apparaît comme une provocation, un "pied de nez" à la République laïque et anticléricale de l’époque à cause de son sujet, à cause de son sous-titre "Évangile en trois actes". Fixée à la date du Mercredi Saint, la première représentation est à la fois un succès et une provocation pour les Républicains qui ne cesseront de la critiquer.

Mais, cette pièce est-elle réellement une oeuvre religieuse ?

Son succès reflète-t-il l’importance du Catholicisme dans l’élite intellectuelle et politique de cette époque ?

Ou au contraire, n’est-il que le résultat de la plume raffinée du créateur de Cyrano de Bergerac, le résultat d’une provocation d’un auteur marseillais bonapartiste ?

Pour répondre à ces questions, le Centre Cormier vous invite à assister aux cours du Frère Albert-Henri Kühlem O.P.

Dernière mise à jour : Mercredi 14 février 2018