Accueil > Actualités > La chorale A Cœur Joie du Roy d’Espagne fête ses 50 ans

Actualités

Découvrir par ailleurs ...

Concert a capella à l’ Abbaye St Victor

vignette
 

La chorale A Cœur Joie du Roy d’Espagne fête ses 50 ans


Double anniversaire pour la Chorale A Cœur Joie du Roy d’Espagne, puisqu’elle fête ses 50 ans cette année et que l’association A Cœur Joie à
laquelle elle adhère depuis sa création, fête ses 70 ans.

le samedi 3 novembre 2018 à 20 h 30
au Théâtre Nono (Campagne Pastré) 13008 Marseille


Au programme :

  • Misa Criolla
    Musique : Ariel RAMIREZ
    Ensemble Vocal de la Vallée du Tarn
    Orchestre : Kari Pampa
    Marcel Cassorla, ténor
  • Concerto pour 4 violons op. 3 n°10 Antonio VIVALDI
    Libertango Astor PIAZZOLLA
    Oblivion Astor PIAZZOLLA
    La Chambre Napolitaine
    Orchestre à plectres du Conservatoire de Toulouse
    Direction : Julien Martineau
  • Rapsodia del Cante Jondo
    Musique : Emil COSSETTO
    Textes de Federico GARCIA LORCA
    Ensemble vocal de la Vallée du Tarn
    Direction : Marie-Paule Frézouls

Prix des billets :
15 € en pré-vente,
18 € à l’entrée du concert

Renseignements :
06 82 19 67 67
jpcpiot@hotmail.fr

Pour fêter cela, la chorale a eu le grand plaisir de s’associer à l’ensemble vocal du Tarn, dirigé par Marie-Paule Frézouls.
Un premier concert a été donné le 3 mai à Gaillac, réunissant les deux ensembles vocaux et l’orchestre de la Chambre Napolitaine du conservatoire de Toulouse.

Chorale du Roy d’Espagne de Marseille
Direction : Marie-Annick Bras
Gérard Cathala, récitant
Marcel Cassorla, ténor
Orchestre de la Chambre Napolitaine
Direction : Marie-Paule Frézouls

Le Théâtre Nono accueille donc l’ensemble des musiciens pour un concert original.
En effet la Rapsodia del cante jondo, qui célèbre les origines du flamenco a fait l’objet d’une orchestration adaptée à la Chambre Napolitaine, composée de mandolines, mandoles, et guitares, complétées par des flûtes, des percussions et une contrebasse.
C’est Julien Martineau, chef de cet orchestre du Conservatoire de Toulouse qui en a
fait ce bel arrangement.

La Rapsodia del Cante Jondo est le fruit de la rencontre entre le poète espagnol Federico Garcia Lorca (1898-1936) et le compositeur d’origine croate, Emil Cossetto (1918-2006) au service d’une œuvre pleine d’émotion. Tous les deux ont en commun d’être des passionnés de l’écriture. Tous les deux ne cessent, dans leurs œuvres, d’exprimer leur attachement pour leurs racines et la « musique des peuples », le premier puisant son inspiration dans les chants andalous et tziganes le second dans les airs des Balkans et de la Méditerranée.
Enfin, ce sont des êtres extraordinairement épris d’humanisme et de liberté, ce qui coûtera la vie au jeune poète de Grenade.
En mettant en musique cette œuvre poétique, Emil Cossetto rend un vibrant hommage à Lorca et au sentiment populaire qu’il a su traduire avec force dans ses écrits. Le monde dans lequel les deux créateurs fixent, pour un « l’image » et pour l’autre « la musique », évoque les couleurs et la chaleur de l’Andalousie.

Emil Cossetto
Né à Trieste en 1918 et mort à Zagreb en 2006, Emil Cossetto est un compositeur et
chef d’orchestre croate qui a laissé une œuvre considérable que de nombreux choristes connaissent bien. Peut-être parce qu’il était originaire d’une région meurtrie, Emil Cossetto a toujours défendu la valeur éducative de la musique, qu’il considérait d’abord comme porteuse de paix. D’une profonde humanité et infatigable pédagogue, il s’est
efforcé, toute sa vie, à rendre la musique abordable au plus grand nombre. Et quoi de plus accessible que la pratique du chant !

En première partie, la Misa Criolla, créée en 1963 par Ariel Ramirez (1921-2010), pianiste et compositeur argentin né à Santa Fe en 1921, œuvre majeure pour solistes, chœur et orchestre. Ariel Ramirez a voulu écrire une œuvre d’inspiration religieuse, un hymne à la vie qui pourrait toucher tout homme, croyant ou non, une œuvre reposant sur l’utilisation des rythmes, formes musicales et instruments de la musique traditionnelle d’Argentine et de Bolivie.
C’est l’ensemble Kari Pampa composé de musiciens venus d’Argentine, de Bolivie, du
Chili, de France, du Pérou ou d’Uruguay, qui accompagne cette Misa Criolla.

LES INTERPRÈTES

Les deux ensembles vocaux ont les mêmes objectifs culturel et artistique : vivre et partager une passion, la musique et permettre à chacun d’accéder à la richesse de la musique, par l’écoute, la pratique et la participation à la diffusion d’un large répertoire, dans une démarche de progrès permanente.

LA CHORALE DU ROY D’ESPAGNE
Dirigée par Marie-Annick BRAS, cette chorale compte actuellement
environ 90 membres. Elle fête en 2018 ses cinquante ans
d’existence.
La chorale diversifie son répertoire d’année en année et s’associe souvent à d’autres
chorales de la région pour interpréter des œuvres demandant un effectif assez important : de Prokoviev à Purcell (King Arthur), Michaël Haydn, Vivaldi ou la famille
Bach, en passant par Mendelssohn, Honegger, la Missa Criolla d’Ariel Ramirez, le Requiem de Verdi, des chansons de Vincent Scotto, le Requiem allemand de Brahms.

La chorale cherche à progresser en permanence à la fois dans le travail hebdomadaire, mais aussi en travaillant avec des professionnels de grande qualité tels Jean-Claude
Malgoire, Jean-Paul Fouchécourt, Michel Camatte, Roland Hayrabédian...

ENSEMBLE VOCAL DU TARN
Cet ensemble vocal est la réunion de deux groupes : l’atelier vocal d’Albi et l’ensemble vocal de Gaillac. Les deux chorales ont eu le désir de se retrouver pour partager la
passion de chanter et travaillent depuis en collaboration étroite, sous la direction de
Marie-Paule FREZOULS. Le programme musical annuel réunit ainsi les choristes des
deux ensembles vocaux.
« L’ATELIER VOCAL D’ALBI » a été créé en 1991 et accueille aujourd’hui environ soixante-dix chanteurs.
La chorale « LA TREILLE » de GAILLAC fondée en 1972 regroupe à ce jour une soixantaine de membres, tous engagés dans les activités musicales.

Dossier de Presse Cossetto
Dernière mise à jour : Jeudi 18 octobre 2018