Accueil > Paroisses > Basilique Notre-Dame-de-la-Garde > Notre-Dame-de-la-Garde > La mission des Travailleuses missionnaires de l’Immaculée à Notre-Dame de la (...)

La mission des Travailleuses missionnaires de l’Immaculée à Notre-Dame de la Garde

Les Travailleuses missionnaires de l’Immaculée assurent une belle mission à Notre-Dame de la Garde. Nous sommes heureux qu’elles aient décidé de nous en présenter le sens, ainsi que leur place dans l’Église.

Pour nous, il est une évidence que le restaurant L’Eau vive est un lieu missionnaire :

  • par le sourire et le calme des Travailleuses missionnaires véritables " Marthes sereines", qui sont en eux-mêmes un témoignage évangélique ;
  • par les textes bibliques - ou non - qui ouvrent les cartes présentant les menus et nous invitent à la réflexion ;
  • par le chant de l’Ave Maria, qui réjouit l’âme de chacun et tourne les cœurs vers cette Bonne Mère qui nous reçoit sur la colline. Sa statue accueillante au milieu de la salle nous rappelle sa discrète présence, comme à Cana.

Merci aux Travailleuses missionnaires de l’Immaculée de nous donner l’occasion de mieux les connaître et les apprécier.

P. Olivier Spinosa
Recteur de Notre-Dame de la Garde

Qui sommes-nous ?

Nous avons été fondées en 1950 par un prêtre français, le Père Marcel Roussel-Galle, et nous faisons partie de la Famille missionnaire Donum Dei (Don de Dieu), affiliée au Tiers-Ordre carmélitain depuis 1987.

Pourquoi le nom de Travailleuses missionnaires de l’Immaculée ?

Travailleuses, parce que nous partageons les conditions souvent humbles et difficiles de beaucoup de personnes.
Missionnaires, car nous sommes appelées par Dieu à Lui offrir toute notre vie, et envoyées par Lui dans tous les milieux.
De l’Immaculée, car c’est avec la Vierge Marie que nous remplissons notre mission : conduire les hommes à la Source d’eau vive, qui est le Christ.

Notre apostolat

Dans les divers pays où nous sommes présentes, notre apostolat prend des visages différents : à côté des restaurants, nous gérons, par exemple, des centres de formation technique pour jeunes filles, un orphelinat d’une soixantaine d’enfants, des crèches pour enfants, etc.
Pour plus d’informations vous pouvez consulter le site www.fmdonumdei.net
Notre style de vie est bien celui de personnes qui consacrent leur vie à Dieu : nous vivons les conseils évangéliques de pauvreté, chasteté, obéissance, et cela en commun, dans un esprit fraternel et international. C’est librement et en toute conscience que chacune a choisi de répondre à l’appel du Christ. C’est librement aussi que l’on peut décider de prendre une autre orientation si le choix premier ne correspond plus à nos motivations profondes. Nous gardons des contacts réguliers, au moins une fois par mois, avec nos familles, soit par téléphone, soit par tous les autres moyens de communication.

Notre mission à Marseille

A Notre-Dame de la Garde, nous accueillons pèlerins et visiteurs pour le déjeuner de midi ou un rafraîchissement à la cafétéria, le restaurant étant fermé tous les soirs et le lundi. Nous assurons aussi les animations quotidiennes de la liturgie à la basilique : laudes, messe, chapelet…
Par ailleurs, nous visitons les malades à l’hôpital Nord et à La Timone, les personnes âgées ou seules à leur domicile ainsi qu’à la maison de retraite du Roucas Blanc où nous animons la messe.
Dans le cadre de la formation continue, certaines suivent des sessions à l’École Ferrandi de Paris ou au Greta de Marseille, d’autres sont inscrites à des cours par correspondance.
Toutes les TM résidant en France sont affiliées à la CAVIMAC (Caisse d’assurance vieillesse, invalidité et maladie des cultes). Chacune garde ses papiers : passeport, carte de séjour, extrait de naissance, dossiers de santé, carte Vitale.

Sommes-nous salariées ?

Non. Tel est bien ce qui a été précisé dans une réunion entre l’Association Notre-Dame de la Garde et les représentants de l’Administration de la ville de Marseille, lors de notre venue au sanctuaire : « Leurs fonctions au sein du restaurant ne comportent pas de contrepartie salariale et ne représentent qu’un élément de leur mission apostolique. »

En l’absence de rémunération personnelle, nos besoins matériels et spirituels sont assumés, comme dans toutes les communautés religieuses, par la Famille missionnaire Donum Dei (FMDD) dans les divers domaines de la vie : besoins quotidiens, santé, droits sociaux, formation, voyages, séjours en famille.

Quelles sont les ressources de la FMDD ?

Mettant à disposition ses membres dans des activités pastorales et missionnaires, elle reçoit en contrepartie une valeur d’entretien pour l’ensemble de ses membres sous forme d’indemnité congréganiste, du fait de sa reconnaissance par l’Église comme association publique de fidèles. Ainsi, la mise en commun des biens de tous les membres permet à la FMDD d’assumer ses responsabilités vis-à-vis de chaque TM et d’aider les missions pauvres.

La structure juridique de la FMDD

Dès 2010, le Vatican a jugé nécessaire de revoir avec l’Ordre du Carmel le cadre juridique de la FMDD, affiliée en tant que telle au Tiers-Ordre carmélitain. L’estimant inadapté à la réalité de notre vie et à la spécificité de notre charisme, l’Église nous accompagne dans notre démarche de transformation en Société de vie apostolique (SVA). Elle met à nos côtés des experts compétents : assistants-accompagnateurs, canoniste. Dernièrement, les responsables de nos différentes missions se sont retrouvées pour recevoir de ceux-ci la formation adéquate, qu’elles sont en train de redonner actuellement à leurs sœurs. Chaque Travailleuse missionnaire sera ainsi à même, l’heure venue, d’adhérer ou non à la nouvelle forme canonique.

Dans une lettre du 9 février 2017 adressée à la responsable générale de la Famille missionnaire Donum Dei, la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique a constaté que les Travailleuses missionnaires de l’Immaculée « veulent se donner avec une grande générosité à l’amour miséricordieux du Christ dans la chasteté, une vie pauvre et obéissante, en vivant dans des communautés de vie internationales, en se mettant à la disposition de l’œuvre apostolique de l’Église, selon l’idéal qui animait le fondateur », reconnaissant ainsi les trois caractéristiques de l’engagement religieux. Ce dicastère « s’en réjouit et souhaite encourager les Travailleuses missionnaires de l’Immaculée dans le don d’elles-mêmes au service du Christ et de l’humanité ».

Dernière mise à jour : Mercredi 28 février 2018