Accueil > Actualités > Eglise Universelle > Le pape François > « La mort et la maladie ne sont pas des tabous »

« La mort et la maladie ne sont pas des tabous »

Le Pape a abordé ce mercredi le sacrement des malades. « Chers frères et sœurs, a déclaré le Pape, le Sacrement des malades nous permet de toucher du doigt la compassion de Dieu pour l’homme.

Le Pape a abordé ce mercredi le sacrement des malades. « Chers frères et sœurs, a déclaré le Pape, le Sacrement des malades nous permet de toucher du doigt la compassion de Dieu pour l’homme. Jésus a demandé à ses disciples de manifester sa préférence pour les malades et les souffrants, et il leur a transmis la capacité, par la grâce du sacrement, de leur donner la paix et le soulagement, en son nom et selon son cœur. Aujourd’hui encore, chaque fois que l’on célèbre ce Sacrement, Jésus, en la personne du prêtre, se fait proche de celui qui souffre, de celui qui est âgé ou gravement malade. »

Appeler le prêtre ne porte pas malchance
« Ainsi, au moment de l’épreuve ou de la maladie, a ajouté le Pape François, nous ne sommes pas seuls. Toute la communauté est présente par la prière fraternelle, Jésus lui-même nous prend par la main et nous rappelle que rien ne peut nous séparer de lui. » « Je vous invite à ne pas oublier l’importance du Sacrement des malades. La mort et la maladie ne sont pas des tabous. N’hésitez pas à proposer ce sacrement aux personnes qui souffrent pour que Jésus leur donne sa consolation et sa paix. » Le Pape en a profité pour tordre le coup à certains préjugés ou superstitions.
« Appeler le prêtre ne porte pas malchance. Certains imaginent que lorsqu’on appelle le prêtre pour le sacrement des malades, juste après débarque le service des pompes-funèbres. C’est tout sauf vrai ! »

Le Pape a salué un groupe d’une trentaine de personnes atteintes de maladies rares, accompagnées de leurs familles. A l’occasion de la Journée mondiale des maladies rares, vendredi, le Pape a demandé « que les patients et leurs familles soient soutenus de manière adéquate dans leur parcours tout sauf facile, tant au niveau médical que législatif ».

2014-02-26 Radio Vatican

Dernière mise à jour : Jeudi 27 février 2014