La paix en ligne de Myre

C’était au mois de mai 1863. Une jeune Palestinienne de dix-sept ans, Mariam, originaire d’un village près de Nazareth, arrivait à Marseille comme servante au sein de la famille Naggiar, chez qui elle travaillait déjà à Beyrouth après la mort de ses parents. Comme beaucoup de chrétiens venus d’Orient, elle fréquentait, derrière la Préfecture, l’église Saint-Nicolas de Myre, dont le curé, le P. Philippe Abdou, natif de Damas, devint son confesseur. De bon matin, avant de commencer son travail, elle montait à Notre-Dame de la Garde. Et comme souvent sur cette colline sainte, l’Orient et l’Occident avaient rendez-vous, sans tambours ni trompettes, mais dans de frêles existences ballottées par les drames de l’histoire.

Mariam resta quatre ans à Marseille, cherchant sa voie, puis entra chez les sœurs de Saint-Joseph de l’Apparition, que sainte Émilie de Vialar avait établies au faubourg de la Capelette. Mais l’Esprit la voulait au Carmel : d’abord à Pau, puis à Mangalore et enfin à Bethléem, où elle mourut à trente-trois ans, le 26 août 1878. En 1983, le pape Jean-Paul II la proclama bienheureuse et les Marseillais eurent la joie d’accueillir ses reliques en l’église Saint-Nicolas de Myre, le 6 décembre 2015.

Et voici que saint Nicolas de Myre, véritable pont entre l’Orient et l’Occident, revient à l’honneur en ce début d’été 2018 ! Le pape François vient en effet d’annoncer qu’il se rendrait à Bari, au sud de l’Italie, le 7 juillet prochain, pour y vivre une rencontre œcuménique de prière pour la paix avec tous les responsables des Églises et communautés chrétiennes du Proche-Orient qui accepteront son invitation.
Pourquoi choisir Bari ? Parce que c’est le lieu où sont conservées les reliques de saint Nicolas, qui fut évêque de Myre, une petite ville au sud-est de l’actuelle Turquie, au début du IVe siècle. Ce Nicolas, qui participa au concile de Nicée en 325, est sans doute l’un des saints les plus populaires en Orient et en Occident. Il faut dire que le jeune évêque s’était illustré en multipliant les œuvres charitables en faveur de tous ceux qui étaient dans le besoin : enfants délaissés, marins en danger, jeunes filles prostituées, pauvres de toutes sortes. À Marseille, on pourrait dire que c’était un Fouque avant l’heure ! Au point que lorsque les Turcs battirent les Byzantins à Manzikert en 1071 et que la peur s’empara de toute l’Anatolie, les chrétiens de Bari vinrent prendre ses reliques à Myre pour les mettre à l’abri chez eux, en 1087. Dès lors, le rayonnement de saint Nicolas fut immense, de l’Italie à la Lorraine et de l’Europe à la Sibérie, le légendaire se mêlant souvent à l’historique. Je me souviens qu’enfant, j’avais appris la chanson qui racontait comment il avait ressuscité trois écoliers tués par un aubergiste et conservés dans un saloir : « Ils étaient trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs… »

Mais revenons à Bari ! En attendant la rencontre du 7 juillet prochain, le Pape nous demande de « préparer cet événement par la prière ». Il s’agit de soutenir non seulement les chrétiens de toutes confessions qui sont persécutés dans cette région, mais aussi toutes ces populations innocentes qui tentent de survivre dans l’atmosphère terrifiante des bombardements quotidiens, du terrorisme meurtrier et du cynisme politique qui sans cesse alimentent le cycle infernal de la vengeance et de la haine, de Gaza à Alep et du Kurdistan au Golan, en passant par la Ghouta orientale et la plaine de Ninive.

Myre, Bari, Marseille : construites sur des lignes de fracture entre les cultures et les religions, ces villes peuvent être aussi des ponts pour signifier le désir des humains de vivre dans la paix et la fraternité. Le dernier mot de Mariam, avant de mourir à Bethléem, fut celui de « miséricorde ». C’est une urgence pour notre temps, comme le pape François ne cesse de nous le rappeler. Et sous le regard de Notre-Dame de la Garde, que la jeune Palestinienne venait prier chaque matin, c’est un appel particulier pour notre Église diocésaine.

+ Jean-Marc Aveline
Évêque auxiliaire de Marseille

Dernière mise à jour : Jeudi 6 septembre 2018