Accueil > Actualités > Épidémie Covid-19 > Prier et méditer > Lancement des intentions de prières de l’Archevêque

Actualités

 

Lancement des intentions de prières de l’Archevêque

Chers amis,

Le 15 mars dernier, alors que se profilait à l’horizon le changement de vie auquel les circonstances nous contraignent à présent, je déposai au pied de Notre-Dame-de-la-Garde un cierge à l’intention de tous les habitants de notre ville et de notre diocèse, quelle que soient leur religion ou leurs convictions. Chaque matin, ce cierge est rallumé et il brûle jusqu’au soir avec toutes nos prières, sous le regard aimant de notre Bonne Mère. C’est vers elle, qui nous a si souvent protégés, que tous se tournent spontanément quand l’heure se fait grave.

Aujourd’hui, cette heure se fait de plus en plus grave et c’est souvent vers nous, chrétiens, que beaucoup se tournent pour recevoir un soutien et un encouragement. Il n’est pas rare qu’une personne, pourtant connue pour son incroyance ou son indifférence, nous dise : « Toi qui es chrétien, prie pour moi » ou « Pourras-tu déposer un cierge pour moi ? » Le premier geste d’un chrétien, comme le disait saint Grégoire le Grand dans sa Règle pastorale, c’est l’intercession : « Par les entrailles de sa prière, il transfère en lui la misère des autres » [1]. La prière est une œuvre de miséricorde et elle nous fait participer à ces entrailles maternelles de Dieu, débordant de tendresse lorsqu’il voit ses enfants dans l’épreuve et la misère : « Voyant les foules, Jésus fut bouleversé de compassion envers elles parce qu’elles étaient désemparées… » (Mt. 9, 36). Beaucoup d’entre vous l’ont heureusement perçu et c’est la raison de cette initiative d’un réseau de prière, que j’encourage résolument.

En effet, les intentions de prière qui nous parviennent des régions les plus touchées de notre pays risquent fort de surgir bientôt au plus près de nous. Et nous devons aussi élargir notre prière aux dimensions du monde puisque le fléau ne connaît malheureusement pas de frontières mais que tous les pays ne disposent pas des structures sanitaires dont nous bénéficions. Vous pouvez être sûr que je serai un membre actif de ce réseau de prière : je déposerai chaque matin les « intentions de l’archevêque » dans la patène eucharistique et elles habiteront ma prière au long de la journée. J’encourage tous les diocésains, notamment les communautés contemplatives du diocèse, les prêtres et les consacrés, les familles et les personnes seules, à se porter volontaires pour offrir ces intentions à la grâce et à la miséricorde de Dieu.

Je remercie vivement celles et ceux qui m’ont proposé de prendre cette initiative et qui en ont conçu les moyens. Nous accomplissons là notre mission première. Que monte vers le Seigneur notre prière unanime !

Fait à Marseille, en la Solennité de l’Annonciation, le 25 mars 2020

+ Jean-Marc Aveline
Archevêque de Marseille

[1Grégoire le Grand, Règle Pastorale, II, 5.

Dernière mise à jour : Lundi 30 mars 2020