Accueil > Prier > Fêtes liturgiques > Noël > Les origines de la fête de Noël

Les origines de la fête de Noël

Dans les débuts du christianisme, le seul événement de la vie du Christ qui était célébré dans la liturgie était sa mort-résurrection.

On fêtait cet événement chaque dimanche par la célébration de l’Eucharistie, ce sacrement institué par Jésus-Christ pour rendre présentes sur l’autel sa mort-résurrection.

Et l’on fêtait tout spécialement cet événement le jour de Pâques par une grande célébration nocture : la vigile pascale, au cours de laquelle on conférait le baptême.

Au 4ème siècle, et peut-être même dès le 3ème siècle, on se mit à célébrer, dans l’Occident chrétien, une fête de la naissance de Jésus le 25 décembre. La date exacte de la naissance du Christ est inconnue et donc, dans cette fête, on ne prétendait pas célébrer l’anniversaire de cette naissance.
Mais alors, pourquoi le choix de cette date du 25 décembre ?

Tous les historiens n’expliquent pas le choix de cette date de la même façon.

L’explication qui a été le plus souvent donnée est la suivante :
En 274, l’Empereur Aurélien qui a beaucoup développé dans l’Empire romain le culte du soleil, avait fixé au 25 décembre la fête du Natalis Solis invicti (la fête du jour de la naissance du soleil toujours invaincu).
En effet, le 25 décembre est le jour du solstice d’hiver : le moment de l’année où les jours sont les plus courts, donc le moment de l’année où les jours vont recommencer à croître, manifestant ainsi une nouvelle fois la victoire du soleil sur les ténèbres.

Citoyens de l’Empire, les chrétiens pouvaient être tentés de célébrer cette fête du soleil considéré par les Romains comme un dieu. Alors pour éviter cette idolâtrie, l’Eglise institua ce jour-là la fête de la naisance du Christ, qui avait été annoncé par le prophète Malachie comme devant être le « soleil de justice ».

Bref, le Noël chrétien a été institué pour christianiser une fête païenne.

Récemment, certains historiens de la liturgie ont donné une autre explication de l’origine de la fête de Noël.
Aux 3ème et 4ème siècles, certaines Eglises célébraient Pâques (donc la mort-résurrection du Christ) le 25 mars, jour de l’équinoxe de printemps.

Et comme on pensait que le Christ avait vécu sur la terre un certain nombre « d’années complètes », on estimait que le 25 mars correspondait tout à la fois à la date de sa mort-résurrection et à la date de sa conception. D’ailleurs, aujourd’hui encore, nous célébrons le 25 mars la fête de l’Annonciation : c’est le jour où la Vierge Marie, ayant reçu la visite de l’ange Gabriel et ayant accepté d’être la mère du Messie, conçut l’Enfant Jésus.

Et comme la conception de Jésus était fêtée le 25 mars, sa naissance fut fêtée neuf mois plus tard, c’est-à-dire le 25 décembre.

Père Robert LEVET

Dernière mise à jour : Jeudi 6 décembre 2012