Accueil > Actualités > Dates à retenir > « Martin Luther, initiateur d’une conception chrétienne de la politique (...)

Actualités

Découvrir par ailleurs ...

Veillée pour la vie

vignette
 

« Martin Luther, initiateur d’une conception chrétienne de la politique »

Dans le cadre de l’Année Luther, une conférence, « Martin Luther, initiateur d’une conception chrétienne de la politique », sera donnée par le Pasteur Alain Joly et l’Abbé Guillaume de Tanoüarn, auteurs du livre « Martin Luther, le défi de la transgression » (Ed. Onesime 2000)

Vendredi 29 septembre à 19 h
au temple de la paroisse Marseille Provence


29 bd Françoise Duparc (4e).

1517 et Luther marquent indiscutablement le début de la Réforme, même si celle-ci s’est déroulée sur une période longue, avec de nombreux protagonistes et des revirements importants.

Au début, son entreprise n’est ni sociale, ni politique ou économique, mais uniquement religieuse. Lucien Febvre* écrit d’ailleurs : « Ce qui importe à Luther de 1505 à 1515, ce n’est pas la Réforme de l’Église. C’est Luther. L’âme de Luther, le salut de Luther. Cela seul. »

Mais alors pourquoi chercher le rôle ou les conséquences politiques de son engagement ? Les raisons sont nombreuses : tout d’abord, Luther réalise que l’homme est justifié (rendu juste) par la foi qui est un don gratuit de Dieu, reçu grâce à une repentance sincère et une foi authentique en Jésus-Christ, sans l’intercession de l’Église. Cette liberté nouvelle de l’homme par rapport aux règles anciennes a fait craindre une perte de la solidarité et de l’obéissance à l’ordre établi. Il lui faut alors publier un texte : « Des Bonnes Œuvres » en 1520. Puis Luther lance un appel et publie « A la noblesse de la nation allemande » qui traite des pouvoirs temporels des Etats et du rôle de l’Église. Ce texte suscite des espoirs chez certains nobles, princes ou responsables de villes libres qui veulent s’émanciper de l’empereur Maximilien et de Rome. Ils pensent trouver un allié en Luther. En 1522 éclate une révolte de nobles allemands qui envahissent les terres de l’évêque de Trèves. Luther, ne voulant pas imposer la Réforme par la force, ne soutient pas la révolte.

D’une réforme limitée à l’Église et à une partie de ses pratiques, Luther se trouve intimement mêlé à une refonte majeure de la pensée des hommes, avec une liberté et donc une mise en responsabilité qui génère une modification profonde de la place des individus dans la société face au pouvoir civil et religieux.

Cette conférence propose de réfléchir au bouleversement que sa pensée a provoqué en son temps et de vérifier si cette Réforme est toujours perceptible à notre époque.

* Auteur de : « Un destin : Martin Luther », 1927

Dernière mise à jour : Mardi 5 septembre 2017