Accueil > Diocèse > L’archevêque : Mgr Georges Pontier > Paroles de notre archevêque > Pèlerinage provincial pour les vocations à Saint-Maximin

Pèlerinage provincial pour les vocations à Saint-Maximin

Homélie de Mgr Pontier à l’occasion du pèlerinage provincial pour les vocations à Saint-Maximin du lundi 16 mai 2016

Nous venons d’entendre les premiers mots que, dans son évangile, l’apôtre Jean met dans la bouche de Jésus : « Que cherchez-vous ? Que voulez-vous ? Venez et voyez. » « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Céphas, ce qui veut dire Pierre. » « Suis-moi », dit-il enfin à Philippe. Quant aux disciples, dans cette première rencontre, ils n’expriment qu’une question : « Rabbi, où demeures-tu ? »

Simplicité et profondeur de ce moment ! Le Fils bien-aimé fait homme vient à la rencontre des hommes. Il vient renouer les liens d’amitié entre eux et Dieu. Il marche au milieu d’eux, les interroge sur ce qu’ils cherchent, les invite à venir à sa suite et à voir où Il demeure : « Viens, suis-moi. »

Ensemble ce soir, nous voulons vraiment rendre grâce pour le Christ Jésus qui s’est fait l’un de nous pour nous révéler où Il demeure : dans le cœur du Père. Nous voulons Lui rendre grâce parce qu’Il nous invite tous et chacun à venir, à voir, à Le suivre. Nous voulons encore Lui rendre grâce pour le ministère des prêtres dans la vie de l’Eglise, eux qui aujourd’hui poursuivent cette mission de marcher au milieu des hommes, de les inviter à venir et à voir, de servir leur rencontre avec Dieu.
Oui, nous sommes tous invités à demeurer là où Jésus demeure, à connaître le cœur du Père, à vivre comme le Fils bien-aimé, au souffle de l’Esprit.

Mais sur cette route de croyants, bousculés par les évènements de la vie, remplis de questions et de doutes, de faiblesses et de force aussi, nous avons besoin des signes de la présence du Christ. Nous avons besoin de sa nourriture, de sa lumière, de nos frères chrétiens. Nous avons besoin de nous rassembler et d’aller ensemble témoigner de ce Dieu dont l’amour est tout puissant.
Quel bonheur alors de connaître et de côtoyer des prêtres proches, serviteurs de la grâce de Dieu, respirant son amour et se consacrant au service de leurs frères et sœurs. Quel bonheur de côtoyer des prêtres humbles, qui ne se mettent pas au centre de tout mais orientent les cœurs vers Dieu et vers les plus pauvres. Quel bonheur de côtoyer des prêtres dont la vie spirituelle transparaît dans leur manière même d’aimer ceux qui sont confiés à leur ministère. A la manière de Paul, on perçoit qu’ils se sont laissés saisir par le Christ, qu’ils considèrent tout le reste comme rien, que leur cœur est unifié, qu’ils sont habités par le désir de connaître toujours plus profondément le Christ et le mystère du don de sa vie pour l’humanité. On pressent qu’ils se nourrissent de la parole de Dieu et du don de leur vie aux autres.

Oui, quelle belle mission que celle des prêtres. Grâce à leur ministère, nous accueillons l’œuvre du Christ et de son Esprit. Quelle grande chose que le baptême, l’eucharistie, le sacrement du pardon, celui des malades et celui du mariage. Rien de banal. Leurs visites, les rencontrer recentre nos vies sur ce lien avec Dieu et sur la qualité de nos vies vécues à la suite et à la manière du Christ. Nous retenons leurs paroles, leurs attitudes, leur présence. Nous avons tous des souvenirs forts, des moments de grâce qui nous ont marqués et nous ont fait grandir dans notre marche de croyants.

Oui, ce soir, nous rendons grâce pour la vie et le ministère des prêtres dans notre Eglise.
Et en même temps, nous prions pour que notre Eglise ne manque jamais de prêtres. Nous prions pour les vocations sacerdotales. Nous supplions le Seigneur d’ouvrir le cœur des parents pour qu’ils prient afin qu’un de leurs fils devienne prêtre. Nous prions pour les enfants et les jeunes, afin qu’ils ne se ferment pas à cet appel. Ils peuvent ressentir tout jeunes un attrait pour cette vocation. Nous prions pour les éducateurs, les prêtres eux-mêmes, afin que chacun ait le souci de transmettre l’appel au ministère et soutienne ceux qui en parlent. Nous prions pour que nos communautés chrétiennes portent ce souci régulièrement dans leur prière lors des messes dominicales.

Nous prions pour les séminaristes de notre province ecclésiastique et les équipes de formateurs à leur service. Ils creusent ce lien d’amitié avec le Christ. Comme les premiers disciples, ils se sont mis à la suite du Christ, rencontré, aimé. Ils lui demandent : « Où demeures-tu Seigneur ? » Sa réponse, « Venez et vous verrez », les a mis en marche. Ils se forment maintenant. Prions pour qu’ils avancent en confiance, en générosité, en humilité.
C’est un des gros défis de ce temps pour nos Eglises diocésaines. Nous avons besoin de prêtres, de jeunes prêtres, de saints prêtres comme nous disons dans notre prière.

Le Christ a voulu associer les apôtres à la mission et ceux-ci ont transmis l’appel. Le monde a besoin de prêtres qui transmettent l’Evangile, vivent proches de tous et tournent les cœurs vers Dieu. La communauté chrétienne a besoin de prêtres pour être rassemblée, nourrie du pain de la parole et de celui de l’eucharistie, envoyée pour témoigner.

Seigneur ce soir, en cette basilique de Saint-Maximin, en cette Année de la miséricorde, nous te rendons grâce. Tu ne nous abandonnes jamais. Par le ministère des prêtres, tu renouvelles au milieu de nous ton œuvre de salut. La moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux. Envoie des ouvriers à ta moisson, nous t’en supplions et nous te rendons grâce ! 

Que Marie-Madeleine, patronne de cette basilique, que Marie, la mère de Jésus, et notre prière accompagnent les prêtres en ce temps qui est le nôtre.

Amen.

+ Georges Pontier
Archevêque de Marseille

Dernière mise à jour : Mercredi 1 juin 2016