Accueil > Vie spirituelle > Autres suggestions > Prier > Prier avec des textes > Prier avec les distractions

Prier avec les distractions

Plutôt que de lutter contre les distractions, il faut prier avec elles : c’est ainsi qu’ont toujours fait les grands priants car c’est une école d’humilité et d’abandon confiant à Dieu.

Un texte écrit par Jacques Gauthier

Oui, c’est un signe que tu es vivant et que ton imagination fonctionne. Tous les priants connaissent les distractions, que ce soit durant la prière vocale, liturgique, ou durant la méditation, l’oraison. Thérèse d’Avila a montré qu’en entrant dans le silence de Dieu, on renonce délibérément à l’activité de nos sens. « L’âme recueille toutes ses puissances et rentre en elle-même avec son Dieu » (Chemin de la perfection, 28). On se met volontairement dans la nuit, nous dit de son côté Jean de la Croix : nuit des sens, nuit de la raison, nuit de la foi, nuit de Dieu. Cet état est déroutant pour nous qui cherchons à tout contrôler, à tout comprendre, alors qu’il s’agit de s’abandonner, de se laisser prendre par l’amour de Dieu. Pour Thérèse d’Avila, les distractions dans l’oraison occasionnent la sécheresse, l’aridité face à Dieu, le découragement. Plusieurs abandonnent cette voie royale parce qu’ils pensent qu’ils ne plaisent pas à Dieu, qu’ils sont trop distraits et qu’ils ne sont pas faits pour cette prière plus contemplative.

Lire

Dernière mise à jour : Jeudi 16 janvier 2014