Qui s’avance à sa rencontre

Le peuple des chrétiens est un peuple en marche. Dès l’origine, l’Eglise a tenu à mettre en évidence ce cheminement dans la construction des églises. Cette conception s’est traduite en Europe occidentale par l’adoption dans un grand nombre d’édifices du plan basilical, par l’orientation des églises et par la distinction entre la nef où se tiennent les fidèles et la chœur surélevé où est célébré le Sacrifice.

A Le plan basilical

Les églises suivent souvent le plan de la basilique romaine.
La basilique (du latin : basilica aula : demeure royale) était dans le monde romain, un lieu, couvert, de rassemblement (bourse, tribunal, etc), de forme rectangulaire, pouvant comporter plusieurs nefs séparées par des colonnes, la nef principale étant terminée par une abside ou un hémicycle.

Le plan basilical a été retenu lorsque la liberté de culte a été accordée sous l’empereur Constantin. Ce type de bâtiment, mis à la disposition des chrétiens de plus en plus nombreux pour leur synaxe * dominicale, a constitué en quelque sorte un plan de référence car les avantages des bâtiments de forme basilicale avaient pu être appréciés depuis longtemps. Il s’agissait aussi d’un type de construction qui permet d’exprimer la marche processionnelle du peuple de Dieu, l’accès s’effectuant désormais depuis une porte ouverte dans la façade faisant face à l’abside (et non plus sur le côté le plus long, comme à l’origine à Rome). Le peuple de Dieu est un peuple pèlerin.

Qui s’avance à sa rencontre
Dernière mise à jour : Mardi 31 janvier 2017