Accueil > Prier > Fêtes liturgiques > La Pentecôte > Catéchèse du pape François sur l’Esprit Saint > Si tu as un "coeur papillon", demande l’Esprit-Saint

Si tu as un "coeur papillon", demande l’Esprit-Saint

L’Esprit-Saint donne la « stabilité » et la « fermeté » du cœur pour affronter les vicissitudes de la vie, afin que le coeur de l’homme ne soit pas un « cœur papillon », affirme le pape François lors de la messe du 19 mai 2014 à Sainte-Marthe.

Le pape a commenté la première lecture (Ac 14,15-18), où saint Paul évangélise en Lycaonie après avoir fui Iconium, avec « un cœur ferme mais en mouvement continuel ».

Le chrétien aussi « traverse beaucoup d’événements, qui [le] bousculent dans un sens et dans un autre ». Et il est appelé à « demander la grâce d’avoir le cœur ferme, comme Paul ».

Le pape a décrit toutes les oeuvres de l’apôtre : « Pour ne pas se plaindre de la persécution, Paul est parti dans une autre ville : commencer à prêcher là, guérir un malade, se rendre compte que cet homme avait suffisamment de foi pour être guéri ; et ensuite, calmer ces gens enthousiastes qui voulaient lui offrir un sacrifice ; et après, proclamer qu’il n’y a qu’un seul Dieu, dans leur langage culturel à eux. Mais une chose après l’autre… Et cela ne peut venir que d’un cœur stable ».

« Pour être capable de tant de changements en peu de temps et pour affronter les situations de manière adéquate », le cœur de Paul est « établi dans l’Esprit-Saint », qui « enseignera tout » et « fera souvenir de tout » comme le dit le Christ dans l’Évangile (Jn 14,21-26) : c’est l’Esprit-Saint qui donne « la force, qui donne cette fermeté pour avancer dans la vie parmi tant de vicissitudes ».

Le pape a proposé un examen de conscience qu’il a longuement développé : « Comment est mon cœur ? Est-ce un cœur qui ressemble à un danseur, qui va d’un endroit à l’autre, qui ressemble à un papillon qui, aujourd’hui, aime bien ceci… ou est-ce un cœur stable ? Est-ce un cœur courageux, solide, ferme, ou est-ce un cœur qui a tellement peur qu’il cherche toujours à se cacher ? »

« De quoi notre cœur se préoccupe-t-il ? Quel est le trésor auquel notre cœur est attaché ? Est-ce un cœur établi dans les créatures, dans les problèmes...? Est-ce un cœur établi dans les dieux de tous les jours ou bien est-ce un cœur établi dans l’Esprit-Saint ? »

Il s’agit de « faire mémoire de tous les événements de chaque jour : à la maison, au travail, avec ses enfants, avec les personnes qui habitent avec soi, avec ses collègues, avec tout le monde » : « Est-ce que je me laisse porter par les événements ou est-ce que je vais vers eux avec un cœur stable qui sait où il est ? ».

« Seul l’Esprit-Saint donne fermeté au cœur », a conclu le pape en encourageant à méditer sur ce « beau cadeau », de Jésus : « cet Esprit de force, de conseil, qui aide à avancer au milieu des événements de chaque jour ».

Rome, 20 mai 2014 (Zenit.org) Anne Kurian

Dernière mise à jour : Mercredi 4 juin 2014