Accueil > Actualités > Actualités diocésaines > Actualités : Année 2013/2014 > Les otages sont libérés:souvenir du temps de prière œcuménique (...)

Actualités

 

Les otages sont libérés:souvenir du temps de prière œcuménique partagé

L’église Saint-Ferréol avait ouvert ses portes, le samedi 29 juin, pour un temps de prière en faveur des otages d’Arlit.

C’est à l’épouse de Daniel Larribe, à la sœur de Marc Féret et aux communautés catholique et protestante de Marseille que revient cette initiative : « Après toute cette période d’hyper activités, de rendez-vous avec les médias, nous avons besoin d’un temps pour nous poser et faire une parenthèse de sérénité, de calme, de silence. »

Sur l’autel, un seul cierge. Devant, sur une table, quatre lumignons représentant les quatre otages. Lumignons que les familles emporteront, symboles de cette lumière porteuse d’espérance.

Paix, solidarité, amitié, espérance sont les mots qui ont guidé ce temps de prière.
Alternance de textes de saint Paul, « Béni soit le Dieu et Père de Notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation », d’une prière d’André Dumas : « O Dieu, rends-nous solidaires dans la vérité et non pas dans le mensonge des tactiques. »
Puis un texte sur l’absence de Dietrich Bonhoeffer, que le pasteur Lilian Seitz introduit ainsi : « Il n’a cessé d’espérer en l’avenir d’un monde autre, un monde de paix, réconcilié avec lui-même et avec Dieu. Son combat, sa pensée, son espérance viennent ainsi nous rejoindre ce matin… »

Ce temps de prière a été ponctué par des chants, de la musique d’orgue et des temps de silence.
Prières pour tous les otages retenus dans le monde, pour leurs familles qui souffrent, le chant du Notre Père de Rimski-Korsakov a retenti.

Après les paroles d’envoi : « Supporter et tenir bon », « Supporter mais ne pas abandonner »,« Tenir bon et croire en l’avenir », le pasteur Seitz a prononcé la bénédiction sur une note d’espérance : « Que le Dieu de notre attente et de notre hâte, de notre départ et de notre arrivée, vous bénisse et vous garde. Il est l’espérance de vos lendemains. »

La célébration s’est terminée sur un chant africain d’Ismaël Lô, en union avec tous les otages détenus en Afrique : « L’amour a tous les droits, et nous tous les devoirs. »

Découvrir par ailleurs

Dernière mise à jour : Lundi 24 août 2015